bouygues tout savoir

Bouygues : tout savoir sur le géant industriel français

Bouygues est un géant industriel présent dans les domaines de la construction, des médias, des télécommunications et de l’énergie. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce mastodonte français, et son utilisation des nouvelles technologies comme le Big Data, l’IA et la 5G.

L’histoire de Bouygues débute en région parisienne en 1952. C’est à cette époque que l’entreprise est fondée par Francis Bouygues sous le nom E.F.B, dans un contexte de reconstruction de la France après la Seconde Guerre mondiale.

A l’origine, la firme se spécialise dans la construction de bâtiments. En 1955, afin de répondre à une demande en logements toujours plus importante, l’Etat français finance plusieurs programmes de construction de cités HLM. Bouygues prend en charge une partie de ces constructions.

Quelques années plus tard, au cours des années 1960, Bouygues continue à se charger de grands projets de l’Etat et notamment du programme autoroutier. La firme s’occupera aussi de constructions prestigieuses telles que le Parc des Princes, le palais des congrès de Paris, et l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle.

Ces différents projets lui permettent de se développer, et d’entrer à la Bourse de Paris en 1970. L’entreprise se lance ensuite dans la construction de plateformes pétrolières off-shore marquant, puis débute son internationalisation et sa diversification dans les années 1980.

Elle prend contrôle du groupe de distribution d’eau SAUR en 1984, et de la chaîne de télévision TF1 en 1987 suite à sa privatisation. La firme acquiert aussi des entreprises concurrentes dans le domaine de la construction telles que Screg, Sacer et Colas.

En 1988, Bouygues déménage et s’installe dans le complexe Challenger situé à Saint-Quentin en Yvelines. En 1989, Martin Bouygues, fils de Francis, prend le relais de son père et devient le dirigeant du groupe.

L’héritier accélère la diversification. Il crée la chaîne LCI en 1994, et lance l’opérateur de téléphonie mobile Bouygues Télécom et le bouquet numérique TPS en 1996.

Le BTP reste toutefois sa principale activité et représente la moitié du chiffre d’affaires de la firme dans les années 1990. Bouygues prend en charge de grands travaux tels que l’arche de la Défense, la Bibliothèque nationale de France, le pont de Normandie ou le stade de France. Des commandes étrangères comme la rénovation de La Mecque et le palais des congrès de Hong Kong lui sont également bénéfiques.

En 2020, près de 70 ans après sa fondation, Bouygues continue à prospérer. Le groupe est présent dans 92 pays et compte 130 500 salariés. Son chiffre d’affaires de 2019 s’élève à 37,9 milliards d’euros.

Quelles sont les différentes activités de Bouygues ?

Initialement spécialisé dans le BTP et la construction, Bouygues s’est largement diversifié au fil des années. Aujourd’hui, le groupe opère aussi dans l’énergie, les médias et les télécoms.

Construction

La branche Bouygues Construction rassemble les métiers du BTP et de l’énergie du groupe. La firme a réalisé de nombreux projets de prestige en France, comme le Stade de France, la tour First de La Défense, le stade Vélodrome de Marseille ou le Tunnel sous la Manche.

Elle opère aussi à l’international, avec par exemple le Sports Hub de Singapour, le QP District de Doha, ou la Mosquée Hassan II à Casablanca. En 2019, cette division a généré un chiffre d’affaires de 13,4 milliards d’euros.

Fondée en 1956, Bouygues Immobilier est la filiale de promotion immobilière du groupe. Elle se charge de réaliser des projets de logements, de bureaux, de zones commerciales ou d’aménagement urbain.

En guise d’exemples, on peut citer l’écoquartier Ginko de Bordeaux ou le réseau de distribution d’électricité intelligent IssyGrid d’Issy-les-Moulineaux. En 2019, cette branche a généré un chiffre d’affaires de 2 706 millions d’euros.

Enfin, la filiale Colas est née suite au rachat de l’entreprise Colas en 1986. Elle est spécialisée dans la construction et l’entretien d’infrastructures de transport, d’aménagements urbains et de loisirs où elle occupe la place de leader mondial.

Egalement présente dans les métiers du transport de fluides, du gaz, des hydrocarbures de l’électricité et des informations, et des travaux ferroviaires, Colas a généré un chiffre d’affaires de 13,7 milliards d’euros en 2019.

Médias

La construction représente la majeure partie du chiffre d’affaires de Bouygues, mais le groupe est également implanté dans l’industrie des médias. Il détient le groupe TF1 depuis la privatisation de la chaîne éponyme en 1986, et ce groupe détient aujourd’hui les chaînes TF1, LCI, TMC, NT1, Ushuaïa TV, Histoire, HD1 et TV Breizh ou encore Série Club. Son chiffre d’affaires s’élève à 2 337 millions d’euros en 2019.

Télécoms

Depuis l’obtention de la troisième licence de téléphonie mobile française en 1994, Bouygues est un opérateur télécom. La firme propose aussi une offre triple-play combinant téléphonie fixe, télévision et internet.

En 2014, Bouygues Telecom est en tête du classement de l’ARCEP pour la qualité du service fixe d’accès à internet. En 2019, l’opérateur fédère plus de 20,1 millions de clients et son chiffre d’affaires s’élève à 6 058 millions d’euros.

Énergie et Transport

Bouygues opère dans le domaine de l’énergie et du transport depuis l’acquisition d’une part du groupe Alstom en 2006. Cette part est la participation de 21,03% jusqu’alors détenue par l’Etat.

Depuis, une société commune a été créée sur le marché des centrales hydroélectriques. En 2011, Bouygues et Alstom ont aussi créé Embix : une société dédiée au pilotage et à la gestion de projets d’énergie pour les éco-quartiers et les Smart Grids. En 2019, le chiffre d’affaires s’élève à 8,1 milliards d’euros, dont 681 millions d’euros de parts de Bouygues.

Bouygues et les Data Centers

A l’ère du Big Data, Bouygues Energies et Services conçoit et construit des Data Centers de nouvelle génération. En plus de son expertise en ingénierie et en construction, le groupe offre aussi sa maîtrise en sécurité et en communication pour apporter une valeur ajoutée à ses clients.

Bouygues développe des centres de données résilients, performants et efficaces, conformes aux derniers standards et règlements industriels et gouvernementaux. Ses Data Centers sont flexibles et modulaires, et certifiés BREEAM et LEED. La firme a notamment bâti les Data Centers de VIRTUS sur le Stockley Park Campus de Londres.

Bouygues et l’intelligence artificielle

Bouygues utilise l’intelligence artificielle pour différents cas d’usage. Depuis 2017, sa branche Télécom exploite notamment l’IA pour améliorer son service client auparavant très critiqué.

Elle exploite le chatbot IBM Watson pour répondre aux clients de façon automatique et pertinente. Ce bot est capable de traiter 90% des demandes de clients.

En outre, Bouygues Construction exploite l’intelligence artificielle et le Big Data pour des chantiers et des bâtiments intelligents. Des capteurs sont par exemple utilisés pour anticiper les éventuels dangers.

De même, une analyse automatisée de la consommation relevée sur les compteurs d’énergie permet de détecter les anomalies. Enfin, l’IA est utilisée pour le projet de Smart City de Dijon notamment pour la gestion du trafic, des transports publics ou du nettoyage.

Bouygues et la 5G

La 5G représente un enjeu majeur pour les opérateurs télécom du monde entier. La France accuse un certain retard par rapport à ses voisins européens, mais les fréquences 3,4GHz et 3,8Ghz sont désormais réparties entre les quatre opérateurs. L’Arcep a autorisé leur utilisation à partir du 18 novembre 2020.

Bouygues a d’ores et déjà commencé à déployer cette nouvelle technologie en décembre 2020, dans plus de 70 villes françaises. La firme compte couvrir l’ensemble du pays d’ici la fin 2021.

Elle utilise une combinaison de fréquences 2,1Ghz et un bloc 70MHz d’ondes 3,5Ghz, obtenu aux enchères pour 602 millions d’euros. Le but du déploiement de la 5G est surtout d’éviter la saturation du réseau 4G, attendue dès 2021 à certains endroits compte tenu de l’augmentation de consommation de données mobiles de 40% par an.

Par la suite, aux alentours de 2023, Bouygues compte délivrer de nouveaux services basés sur la 5G pour les villes, les véhicules, les industries ou le domaine de la santé. Il s’agira d’une seconde phase dans le déploiement de cette nouvelle technologie.

Toutefois, Bouygues doit faire face à plusieurs défis. L’interdiction des équipements Huawei est un problème, puisque le constructeur chinois représente près de la moitié du réseau mobile du groupe. D’ici 2028, l’industriel français devra donc remplacer 3000 antennes en se tournant vers Ericsson ou vers un autre fournisseur.

Bouygues x IBM : un laboratoire dédié à la 5G

En novembre 2020, Bouygues Telecom a annoncé un partenariat avec IBM pour aider les entreprises à développer des services exploitant la 5G. Les deux géants souhaitent combiner leurs expertises pour créer un ” Open Lab 5G “.

Ce laboratoire permettra aux entreprises de tester et de développer des cas d’usage, principalement dans les secteurs tels que la fabrication, le transport, la santé, l’énergie, le retail ou les Smart Cities. Bouygues offrira aux entreprises des sites de test et un kit d’appareil 5G.

Bouygues va retirer 3 000 antennes 5G en France

antenne 5G bouygue

À la fin du mois d’août, l’opérateur Bouygues Telecom a indiqué qu’il comptait retirer 3 000 antennes de téléphonie mobile de la marque Huawei, d’ici à 2028, dans les territoires densément peuplés en France. Cette décision est liée à une requête du gouvernement français, pour des motifs de sécurité sur le futur dispositif de 5G. Un sujet qui divise d’ailleurs les Français.

Un hypothétique espionnage pour l’État chinois selon les États-Unis

« Nous n’aurons plus aucune antenne Huawei dans les zones très denses » d’ici à 2028, a indiqué, pendant l’été, Olivier Roussat, dirigeant de Bouygues Telecom. 3 000 antennes Huawei vont donc être démontées. Bouygues Telecom possède plus de 21 000 antennes dans l’hexagone. Huawei, leader mondial des antennes 5G, est soupçonné par les États-Unis d’un hypothétique espionnage pour le compte de l’État chinois. Le gouvernement américain encourage alors ses alliés à renoncer à utiliser cette technologie développée par Huawei.

Pékin n’a pas manqué de réagir à cette décision. Le gouvernement chinois souhaite que la France respecte les lois du marché et dénonce les discriminations dont fait preuve Huawei. Aux États-Unis, Huawei a entamé des démarches juridiques pour annuler les interdictions faites aux administrations fédérales d’acheter ses équipements. Les dirigeants de Huawei considèrent que l’on souhaite les chasser du marché. La tension est forte.

L’État donne des préconisations

Au début de l’été dernier, l’agence nationale en charge de la sécurité informatique dans l’hexagone avait indiqué qu’elle réduirait les autorisations d’exploitation des acteurs français partenaires du groupe chinois. Ainsi, Bouygues Telecom, qui ne possède pas d’antennes Huawei dans la capitale, ne pourra pas mettre en place d’antennes Huawei pour la 5G à Strasbourg, Brest, Toulouse et Rennes.

Il est possible d’appeler le Service client Bouygues pour obtenir davantage de précisions. Aucun dispositif précis n’a été décidé pour remplacer par un matériel conforme d’ici la date limite établie à 2023. Plusieurs acteurs du marché devraient se porter candidats pour fournir Bouygues comme Nokia ou Ericsson.

Des sites stratégiques sensibles à protéger

Dans certaines villes, on compte des installations stratégiques pour la France. C’est le cas pour le port militaire de Brest et la base de sous-marins nucléaires situés à l’Île-Longue. Il y a également le siège d’Airbus à Toulouse, ou encore les structures de cyberdéfense localisées à Saint-Jacques-de-la-Lande et à Bruz, à proximité de Rennes.

Dans les zones peu denses, a priori l’État français n’a pas de contre-indication dans l’emploi des systèmes Huawei pour la 5G. Toutefois, Bouygues négocie avec les autorités pour obtenir une compensation financière pour ce retrait. L’État a indiqué au mois de septembre que rien ne serait versé. D’autant plus que SFR est aussi concerné par le sujet.

La 5G, un sujet qui fait débat

Depuis plusieurs mois, la mise en place de la 5G en France dans les années à venir suscite l’inquiétude des Français. Il faut dire que la 5G permettrait de développer de nouveaux services et de nouvelles activités. Ainsi, il serait possible d’opérer un patient à distance, de conduire une voiture autonome avec son smartphone.

Des opposants au déploiement de la 5G se font entendre et manifestent ces derniers temps. Les élus écologistes pensent qu’il serait nécessaire de faire un moratoire sur ce sujet qui est très sensible. Le gouvernement est lui favorable au déploiement de la 5G en France.

En tout cas, la 5G figurera parmi les critères des consommateurs pour comparer les offres box et mobiles des opérateurs dès son arrivée. Ces retraits pourraient donc désavantager Bouygues. Affaire à suivre.