cnil covid brigade sanitaire données

Brigades sanitaires Covid-19 : la CNIL se méfie et surveillera les données collectées

Dès le 11 mai 2020, jour du déconfinement, les nouveaux cas de COVID-19 seront interrogés par les  » brigades sanitaires « . La CNIL se méfie et surveillera attentivement la nature des données collectées et la durée de leur conservation…

Afin d’enrayer la pandémie de COVID-19, le gouvernement français compte déployer des brigades sanitaires dans tous les départements. Dès le 11 mai 2020, jour du déconfinement, ces brigades auront pour mission d’interroger les personnes infectées par le coronavirus.

L’objectif sera d’identifier toutes les personnes que les malades ont pu croiser et infecter avant de découvrir qu’ils étaient porteurs du virus. De cette manière, il sera possible de les avertir et d’éviter qu’elles propagent à leur tour la maladie et provoquent une seconde vague. Une alternative à l’application mobile StopCovid, vivement controversée.

L’idée est pertinente, mais elle soulève aussi des inquiétudes concernant le respect de la confidentialité et de la vie privée. Dans ce contexte, la présidente de la CNIL, Marie-Laure Denis, annonce que la commission surveillera étroitement la façon dont ces brigades sanitaires collectent les données des malades interrogés.

Dès le premier jour, la CNIL sera  » particulièrement attentive à la durée des données qui seront conservées, et à leur pertinence « . Pour l’heure, le projet de loi en cours de débat au Parlement prévoit une durée de conservation maximale d’un an.

Cependant, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, la présidente a estimé que certaines données pourraient être effacées ou rendues inaccessibles plus rapidement. Ce sera par exemple le cas des données liées à l’identification des cas contacts ou des données liées à des enquêtes achevées.

Les brigades sanitaires COVID-19 ne devront collecter que des données nécessaires

D’ici quelques jours, le gouvernement devra soumettre à la CNIL un projet de décret complet. Celui-ci présentera avec précision qu’elles seront les données collectées par les brigades sanitaires.

L’institution souhaite notamment consulter le questionnaire auquel seront soumises les personnes interrogées. La présidente précise que les consignes données aux enquêteurs devront être très claires concernant les données qu’ils pourront collecter, et  » ce dont ils n’ont pas à connaître « . L’objectif est d’éviter que des informations non nécessaires soient collectées.

Afin de vérifier que ces mesures de sécurité soient respectées par les brigades sanitaires, des contrôles seront organisés dès les premières semaines. Enfin, si le gouvernement souhaite prendre de nouvelles mesures, il devra consulter la CNIL auparavant…

Pin It on Pinterest