Accueil > Business > Juridique > Données personelles : La société mère de Cambridge Analytica condamnée
cambridge analytica condamnation

Données personelles : La société mère de Cambridge Analytica condamnée

SCL Elections, la société mère de Cambridge Analytica a été condamnée à une amende de 15 000 livres le 9 janvier. Sa faute ? Ne pas avoir répondu à la mise en demeure d’un citoyen américain concernant ses données personnelles.

Le tribunal de Hendon à Londres a émis sa sentence. SCL Elections, la société mère de Cambridge Analytica devra s’acquitter d’une amende de 15 000 livres, environ 16 600 euros. Cette fois-ci, elle n’est pas soupçonnée d’avoir collecté les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook. Non, l’affaire en question concerne David Carroll, un professeur américain. La société britannique a reconnu ne s’être pas conformée à une mise en demeure émise par le professeur.

Le spectre de l’affaire Cambridge Analytica

En effet, en janvier 2017, bien avant le scandale Cambridge Analytica, David Carroll avait demandé à SCL Elections une copie des données qu’elle avait récoltées le concernant. En mars 2017, la société lui avait transmis un document incluant certaines données personnelles, ainsi que des prédictions basées sur ses intérêts et ses opinions politiques. Le professeur américain avait cherché à savoir comment l’entreprise avait réussi à obtenir de telles informations. Sa demande était restée sans réponse.

Mécontent, il s’était plaint auprès du régulateur britannique de la protection des données (ICO). À la suite de cette requête, l’ICO a contacté SCL Elections afin qu’elle réponde à la demande du plaignant. Selon The Guardian, sous prétexte qu’il ne dispose pas de la citoyenneté britannique, SCL aurait répondu que le professeur avait autant de droits de regard qu’un “Taliban se cachant dans une cave en Afghanistan”.

Le régulateur britannique en profite pour faire un rappel à la loi

Le régulateur a par la suite monté le ton en renvoyant une demande le 4 mai 2018. Pas de réponse. Entre temps, le scandale Cambridge Analytica avait éclaté. L’ICO avait réalisé la saisie des disques durs dans les locaux de l’entreprise. Cependant, la demande de David Caroll, elle restait toujours sans réponse.

Lors du procès, la société mère de Cambridge Analytica a finalement plaidé coupable en évoquant des circonstances atténuantes. En plus de l’amende, elle devra payer les frais de justice de l’ICO, 6 000 livres et une amende compensatoire de 170 livres pour le professeur américain.

Si le montant de la condamnation est symbolique, il s’agit pour le régulateur britannique de faire un rappel aux groupes qui parfois agissent en dépit des lois de protection des données personnelles. En octobre dernier, il avait fait condamner Facebook pour avoir partagé les données de ses abonnés à différentes entreprises, dont SCL. La firme de Mark Zuckerberg doit s’acquitter d’une amende de 500 000 livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend