Accueil > Sécurité > Cambridge Analytica : Facebook écope d’une amende de 500 000 £
facebook cambridge analytica amende

Cambridge Analytica : Facebook écope d’une amende de 500 000 £

Suite au scandale Cambridge Analytica, l’Information Commissioner’ Office, autorité de protection des données du Royaume-Uni, vient d’infliger une amende de 500 000 £ à Facebook. Le réseau social est accusé de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour protéger les données des utilisateurs.

En mars 2017, Facebook faisait l’objet d’un véritable scandale. Pour cause, il a été découvert que les données de 87 millions d’utilisateurs avaient été récupérées d’une façon pernicieuse par l’entreprise Cambridge Analytica par le biais de  » tests de personnalité  » d’apparence anodine. Ces données avaient ensuite été exploitées pour envoyer des messages visant à influencer les opinions politiques des destinataires en faveur de Donald Trump.

Même si la plupart des utilisateurs concernés sont des Américains, on compte aussi des Européens parmi les victimes. En France, par exemple, 200 000 utilisateurs ont vu leurs données collectées par Cambridge Analytica. Au Royaume-Uni, ce sont au minimum un million d’utilisateurs qui sont concernés par cette moisson de données personnelles.

*

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

En conséquence, comme annoncé initialement en juillet 2018, le Royaume-Uni vient d’infliger une amende de 500 000 £ à Facebook. Plus précisément, c’est l’Information Commissioner Office qui a décidé d’infliger cette sanction. Il s’agit de l’autorité de protection des données britannique, l’équivalent de la CNIL pour la France.

Cambridge Analytica : Facebook accusé de ne pas avoir suffisamment protégé les données de ses utilisateurs

facebook ico

Après enquête, l’ICO estime que Facebook n’a pas réussi à protéger les données de ses utilisateurs, car elle n’a pas suffisamment vérifié quels développeurs utilisaient sa plateforme. C’est ce qui a permis à Cambridge Analytica de mettre la main sur ces données personnelles.

De plus, l’ICO reproche à Facebook de ne pas avoir supprimé les comptes des développeurs concernés, même après la découverte de ce détournement de données. Le compte du SCL Group (auquel est rattaché Cambridge Analytica) n’a été suspendu qu’en 2018.

Ainsi, même si aucune preuve d’indique que les comptes des utilisateurs britanniques ont été exploités par Cambridge Analytica, l’autorité de protection des données estime que ce manque de contrôle les a exposés à de sérieux risques.

C’est la raison pour laquelle Facebook écope d’une amende de 500 000 £. Pour une entreprise dont le chiffre d’affaires s’élevait à 31,5 milliards de livres sterling en 2017, cette somme peut sembler dérisoire. Toutefois, il s’agit du montant maximal que l’ICO pouvait infliger sous la législation en vigueur au moment des faits. Si l’incident était survenu à l’ère du RGPD, l’autorité affirme qu’elle aurait infligé à Facebook une amende de 1,2 milliard de livres.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend