données personnelles signals network

Données personnelles : Signals Network veut protéger les lanceurs d’alerte

Les données personnelles sont précieuses pour les entreprises, et beaucoup d’entre elles ont une fâcheuse tendance à en abuser. Dans le cadre d’une enquête internationale menée par cinq médias, la fondation The Signals Network compte prendre en charge la protection des lanceurs d’alerte afin de les inciter à témoigner.

En créant l’agrégateur d’informations News Republic, partenaire de plus de 2500 médias répartis dans 48 pays, l’entrepreneur français Gilles Raymond a pris conscience d’un dysfonctionnement dans les médias actuels. Selon lui, face aux contraintes économiques, les journalistes mènent de moins en moins d’enquêtes.

Aujourd’hui, plutôt que d’aller faire de l’investigation sur le terrain, les médias attendent d’être contactés par des lanceurs d’alerte sur un sujet pour ensuite relayer l’information. Afin de redonner aux journalistes le pouvoir (et la responsabilité) de choisir leurs sujets d’enquêtes, Gilles Raymond vient de créer la fondation The Signals Network.

Cette fondation vise à mettre en relation les médias et les lanceurs d’alerte, afin d’aider les journalistes à enquêter tout en protégeant les lanceurs d’alerte comme Christopher Wylie qui a révélé l’affaire Facebook / Cambridge Analytica. Ces derniers bénéficieront d’un soutien psychologique, d’une prise en charge des éventuels frais de justice, d’une mise en sécurité et d’une gestion de la communication. Le niveau de protection requis sera déterminé au cas par cas par des comités composés d’un représentant de média, d’un juriste et d’un lanceur d’alerte.

Données personnelles : Signals Network met en relation les médias et les lanceurs d’alerte

signals network médias lanceurs alertes

En parallèle, la fondation ne finance pas les enquêtes, mais organise des réunions pour coordonner les médias. La première opération de Signals Network a été lancé ce jeudi 21 juin en partenariat avec cinq médias européens et américains autour d’une enquête sur l’utilisation abusive des données personnelles.

Les médias en question sont Mediapart (France), Daily Telegraph (Royaume-Uni), Die Zeit (Allemagne)ainsi que The Intercept et WikiTribune (Etats-Unis). Chacune de ces organisations communiquera sur le lancement de cette enquête en demandant aux personnes détenant des informations d’entrer en contact avec eux par le biais du Signals Network.

Fondée avec l’argent de la vente de News Republic en 2016 (57 millions de dollars), la fondation est basée  San Francisco et emploie un total de cinq personnes. A l’avenir, Gilles Raymond souhaite entrer en partenariat avec d’autres médias, et lancer des appels aux lanceurs d’alerte sur les thématiques que choisiront les journalistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest