Accueil > Sécurité > Facebook : les applis Android les plus populaires envoient vos données
facebook données android

Facebook : les applis Android les plus populaires envoient vos données

Malgré ses multiples promesses, Facebook continue à se gaver de données personnelles. Un article publié par le Financial Time révèle que plus d’une vingtaine des applications Android les plus populaires transmettent vos données au réseau social. 

Après une année 2018 marquée par les scandales et les fuites de données comme l’affaire Cambridge Analytica, Facebook commence 2019 sur la même lancée. A quelques heures du Nouvel An, le Financial Time et le site Engadget ont révélé que l’entreprise américaine continue à recevoir des données récoltées par le biais des applications Android les plus populaires à l’insu des utilisateurs.

Selon la source,  » au moins  » 20 des 34 applications Android les plus populaires partagent les données des utilisateurs avec Facebook sans leur accord. Parmi les applications concernées, on compte notamment Tripadvisor, Skyscanner, Kayak, MyFitnessPal, Tinder ou encore Grindr.

Dès leur ouverture sur le smartphone, ces différentes applications téléchargées par des millions de personnes envoient des données telles que l’identifiant Android de l’utilisateur. Cependant, des données plus spécifiquement liées à l’utilisation de l’appli sont également transmises.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Facebook reçoit les données des applications Android les plus populaires

facebook play store android

Par exemple, l’application Kayak, permettant de comparer les prix des voyages, livre à Facebook les données de recherches des utilisateurs ou encore leurs dates de voyage. Or, même si ces données sont anonymes, elles peuvent permettre d’identifier un utilisateur lorsqu’elles sont associées à d’autres informations en provenance d’autres applications.

Une nouvelle fois, Facebook met donc à mal la confidentialité des données personnelles des internautes. Toutefois, il convient de préciser que le réseau social de Mark Zuckerberg n’est pas le seul fautif dans cette sombre affaire. En effet, depuis l’entrée en vigueur du RGPD, le kit de développement de Facebook permet aux développeurs de demander la permission aux utilisateurs pour exploiter leurs données. Cependant, de nombreux développeurs choisissent d’utiliser l’ancienne version du kit.

En réaction à cette énième révélation, Facebook s’est exprimé. La firme estime qu’il est crucial que les utilisateurs puissent garder le contrôle de leurs données et savoir quand les applications les partagent. Elle rappelle par ailleurs que l’outil Clear History, bientôt disponible, permettra de remédier aux problèmes de ce type.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend