Protonmail critiqué pour avoir fournit des adresses IP à la police

Protonmail : la messagerie confidentielle a fourni des données à la police

Le fournisseur de messagerie crypté ProtonMail a vivement été critiqué par ses utilisateurs après avoir fourni les informations IP des militants écologistes aux autorités françaises. Cela a conduit à des arrestations. 

Contraint par une décision judiciaire

La police française a envoyé une demande d’informations sur un groupe de personnes occupant des immeubles près de la place Saint Marthe à Paris aux autorités suisses via Europol. Il s’agit des jeunes de l’association Youth for Climate qui ont notamment occupé un restaurant en travaux. Un article publié le 1er septembre par les militants sur le site anticapitaliste français Paris Luttes affirme que Proton a fourni à la police des informations IP relatives aux utilisateurs. Suite à quoi, les autorités ont pu accéder à une adresse ProtonMail utilisée par le groupe.

La société suisse ProtonMail a confirmé avoir remis les informations après une demande juridiquement contraignante des autorités suisses. Dans une déclaration, le PDG de Proton, Andy Yen, a souligné que le cryptage de bout en bout du service ne pouvait pas être contourné. Cela signifie que le contenu des e-mails n’était pas accessible aux autorités. Cependant, la société est soumise au droit suisse. Autrement dit, des identifiants d’utilisateur tels que les adresses IP peuvent être obtenus sur décision de justice. ProtonMail déclare que la société n’était pas au courant que la demande des autorités concernait des militants écologistes. Les politiques de confidentialité de l’entreprise ne lui permettent effectivement pas de connaître l’identité de ses utilisateurs.

ProtonMail : 3 017 demandes de données en 2020

Protonmail critiqué pour avoir fournit des adresses IP à la police

Dans un rapport de transparence, ProtonMail publie la liste des demandes de données de la part des autorités. Ce document fait état de 3 017 demandes de ce type l’année dernière. La société éditrice de ProtonMail déclare en avoir contesté 750 cette même année. Les autorités suisses ont approuvé 195 demandes étrangères de données d’utilisateurs en 2020, contre 13 en 2017, selon les données de l’entreprise.

Une demande de données d’un groupe de journalisme d’investigation en juin 2020 figure parmi les demandes contestées. Il en est de même pour une demande de janvier 2019 d’un pays de l’UE en Europe de l’Est ciblant un dénonciateur gouvernemental en matière de corruption. Suite à cette affaire, ProtonMail a mis à jour sa politique de confidentialité. Il se lit désormais comme suit : « Si vous enfreignez la loi suisse, ProtonMail peut être légalement contraint d’enregistrer votre adresse IP dans le cadre d’une enquête pénale ».

Pin It on Pinterest