Datacenter SoftIron : des améliorations énergétiques significatives en vue

Les questions du refroidissement et de l’approvisionnement en énergie prenant en compte l’environnement sont au cœur des préoccupations des data centers. Tel est le cas de SoftIron.

Des préoccupations liées à la surproduction et à la culture de la nouveauté

Graig Chadwell, Vice-Président produit de SoftIron, dénonce les controverses liées au fait de traiter les matériels comme de la marchandise. A cause de cela, les entreprises butent face aux objectifs liés à la durabilité.

L’explication est simple : les entreprises consomment et achètent intempestivement face aux pressions des organisations qui ne cessent de produire de nouvelles choses. Le dernier cri étant considéré comme plus performant, il n’y a plus aucune place pour la réflexion à l’intérieur de ce cycle infernal de production et de création. Ce cycle est vraisemblablement dirigé par les géants tels qu’AMD et Intel. Notons que ce dernier se prépare, en ce moment, à construire des usines de puces dans le cluster cloud de l’Ohio.

« L’idée que le matériel le plus récent est le plus utile favorise l’hypothèse que le cycle d’horloge GPU sera un jour gratuit. Puisque aujourd’hui on travaille dur pour qu’il soit bon marché. C’est absolument faux » dit Chadwell.

La mentalité de SoftIron s’éloigne vraiment de cela. HyperDrive, sa plateforme de stockage a été créée pour l’excellence. En d’autres termes, autant qu’à faire quelque chose, il vaut mieux la faire de la meilleure des manières possibles. Cette plateforme sera ensuite entourée par un écosystème qui facilitera son utilisation. Après, place à l’open source qui sera d’un avantage pour les entreprises.

Chadwell explique également que même si SoftIron venait à disparaître, le matériel qu’ils ont conçu opèrera toujours plus efficacement. En effet, les utilisateurs pourront toujours transférer leur technologie et leur infrastructure d’une plateforme à une autre. Et cela sans avoir besoin de retravailler les divers aspects de la gamme d’applications.

SoftIron peut donc se vanter de dépasser les modèles définis par logiciel qui se basent sur les performances. Une utilisation optimale du service de stockage par téraoctet a aussi été prouvée.

Une mention spéciale pour leur consommation d’énergie et la réduction d’émission de gaz à effet de serre

Dans le dernier rapport sur l’empreinte carbone de l’entreprise, SoftIron peut se féliciter. En effet, HyperDrive a pu réduire ses émissions de gaz carbonique de 292 tonnes pour chaque cluster de 10 pétaoctets.

Une telle réduction n’a pu se faire qu’en se disciplinant et en gardant un œil ferme sur les objectifs concernant la durabilité. Selon Chadwell : « Nos produits et nos modèles d’exploitation sont durables, nous les commercialisons et les utilisons nous-mêmes. Ces efforts, nous les pratiquons et encourageons les autres à s’y mettre. C’est notre stratégie : créer, utiliser, vendre et influencer de manière durable. »

Le principe de base de l’industrie est le suivant : concevoir une plateforme optimisée pour un travail allant dans le même sens. Le travail dont on parle ici c’est la création du logiciel d’infrastructure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest