zhenhua data leak

Zhenhua Data Leak : une firme chinoise s’empare des données de millions d’Occidentaux

L’entreprise chinoise Zhenhua a créé une base de données cumulant les données de plusieurs millions d’Occidentaux. Les chercheurs en sécurité craignent que ces informations soient utilisées à des fins d’espionnage et de manipulation par le gouvernement chinois…

L’entreprise de cybersécurité Internet 2.0, basée à Canberra, Australie, vient de découvrir une gigantesque base de données. Cette database rassemble les données personnelles de près de 2,4 millions de personnes du monde entier.

La base de données en question a été compilée par l’entreprise Zhenhua Data, basée dans la ville de Shenzhen, au sud-est de la Chine. Cette entreprise serait directement liée aux réseaux du renseignement chinois.

pCloud : l’offre familiale LIFETIME à -75% pour la rentrée !

Les données en question proviennent principalement de sources publiques telles que les réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook, LinkedIn ou Crunchbase. Parmi les 250 000 personnes pour lesquelles Internet 2.0 a pu récupérer les enregistrements, on compte 52 000 Américains, 35 000 Australiens et 10 000 Britanniques.

On compte parmi eux des politiciens, dont Boris Johnson et Scott Morrison, ou encore des membres de la Famille Royale britannique, des célébrités et des dirigeants militaires. Beaucoup sont aussi de parfaits inconnus.

Interrogée par la presse, une représentante de Zhenhua affirme que le rapport d’Internet 2.0 est  » totalement faux « . Selon ses dires, la firme  » ne collecte pas de données et se contente d’intégrer des données publiques « . La porte-parole affirme aussi que l’entreprise est privée et n’a aucun lien avec le gouvernement ou l’armée chinoise.

Zhenhua Data Leak : une base de données exploitée par les renseignements chinois ?

Cette base de données fut initialement fournie au chercheur américain Christopher Balding, qui l’a ensuite partagée avec Internet 2.0 pour de plus amples analyses. Selon lui, la personne qui lui a révélé l’existence de cette ressource a pris un risque et prouve que de nombreux citoyens chinois s’inquiètent des pratiques d’espionnage du Parti Communiste Chinois.

Le chercheur ajoute que cette database est  » techniquement complexe et utilise des outils de classifications, de ciblage et des langages très avancés « . À ses yeux, ces informations risquent d’être utilisées par la Chine à des fins de surveillance et d’influence à l’internationale.

Un point de vue que partage Robert Potter, le co-fondateur d’Internet 2.0. Selon lui, le fait que ces données soient  » open source «  ne signifie pas que les personnes souhaitent qu’elles soient publiques. Il rappelle d’ailleurs que le scandale Facebook / Cambridge Analytica était lié à l’utilisation détournée de données publiques.

Après agrégation, de telles données personnelles offrent de nombreuses opportunités d’influence et de surveillance. Elles peuvent être utilisées pour la désinformation, l’usurpation d’identité via les Deep Fakes, la corruption ou le chantage.

Depuis maintenant plusieurs années, le gouvernement chinois est accusé d’utiliser la technologie pour amasser les données d’Occidentaux. C’est la raison pour laquelle les États-Unis ont banni Huawei et ses équipements, et cherchent à présent à interdire l’application mobile Tik Tok. De même, l’Inde a banni de nombreuses applications mobiles chinoises par souci de sécurité nationale.

En début de semaine, la Chine annonçait une série de mesures visant à mieux protéger les données étrangères et donc à rassurer les gouvernements. Malheureusement, la découverte du Zhenhua Data Leak laisse penser que le Parti Communiste Chinois continue à convoiter nos données