chine sécurité données

La Chine étonne et s’engage à respecter la confidentialité de nos données

Contre toute attente, la Chine dévoile une initiative visant à assurer la sécurité des données des entreprises et individus du monde entier. Une stratégie visant à faire taire les critiques émanant des États-Unis et de l’Europe…

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Face à l’explosion du volume de données générées par l’humanité, la protection de ces informations revêt un caractère de plus en plus important. Au fil des derniers mois, les grandes puissances mondiales ont pris des mesures pour assurer cette sécurité.

En 2018, l’Union européenne a adopté le RGPD. De même, la Californie a instauré sa nouvelle loi Consumer Privacy Act.

À présent, et de manière inattendue, c’est au tour de la Chine de lancer une initiative de sécurité des données. Cette décision est surprenante, car la Chine n’est pas réputée pour veiller sur les droits et les libertés de ses citoyens…

Par ailleurs, l’initiative, annoncée par le Ministre des affaires étrangères Wang Yi à Pékin, se démarque par son échelle mondiale. Elle se présente comme une liste de principes à suivre dans un éventail de domaines allant des informations personnelles à l’espionnage.

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Plus précisément, cette initiative repose sur huit points principaux. Il s’agit par exemple de ne pas utiliser la technologie pour affaiblir les infrastructures essentielles ou voler des données aux autres pays. Une autre promesse est de s’assurer que les fournisseurs de service n’installent pas de portes dérobées dans leurs produits pour obtenir illégalement des données personnelles.

L’intention affichée par la Chine est aussi de mettre un terme aux activités menaçant les données personnelles, et de s’opposer à l’usage de la technologie à des fins de surveillance de masse des autres pays.

Les entreprises chinoises devront aussi respecter les lois des pays dans lesquelles elles s’implantent. Par ailleurs, les données générées à l’étranger ne seront plus stockées en Chine.

Sécurité des données : la Chine cherche à restaurer la confiance de l’Europe et des États-Unis

Par le passé, la Chine a souvent été accusée de collecter et d’exploiter les données sans la moindre éthique, y compris concernant les informations de consommateurs et d’internautes étrangers.

Ces accusations émanent notamment des États-Unis, reprochant aux entreprises chinoises de menacer la sécurité nationale en moissonnant les données des Américains pour les renvoyer à Pékin. Des géants comme Huawei ou ByteDance (TikTok) ont ainsi été condamnés, voire bannis par l’administration Trump. De même, l’Inde a récemment banni de nombreuses applications mobiles chinoises.

Ainsi, l’initiative de sécurité des données annoncée aujourd’hui vise à faire taire les États-Unis et à restaurer un climat de confiance à l’internationale. Le ministre promet également que les entreprises chinoises ne seront pas contraintes à transférer leurs données depuis l’étranger, et qu’elles ne l’ont d’ailleurs ” jamais été “.

Les organisations chinoises devront aussi respecter la souveraineté, la juridiction et la gouvernance des données dans les pays étrangers. Il leur sera interdit de demander aux entreprises ou aux individus d’autres pays de fournir des données sans permission. Par le passé, plusieurs pays dont l’Australie ont reproché à la loi chinoise d’inciter les entreprises à fournir les données qu’elles collectent au gouvernement.

Pour l’heure, on ignore de quelle façon cette initiative sera implémentée et mise en place. Quoi qu’il en soit, il est réjouissant de constater que la Chine cherche à évoluer dans le bon sens en respectant davantage la confidentialité des consommateurs du monde entier. Ce revirement stratégique devrait apaiser les tensions, notamment à l’heure où les gouvernements européens cherchent à s’émanciper et à reprendre leur souveraineté numérique…