Accueil > Analytics > Facebook s’est servi des données pour battre ses rivaux et aider ses alliés
facebook données rivaux alliés

Facebook s’est servi des données pour battre ses rivaux et aider ses alliés

Facebook s’est servi des données des utilisateurs de son réseau social pour pénaliser ses rivaux, et pour choyer les ” amis ” de Mark Zuckerberg. C’est ce que révèle un document en fuite de 4000 pages.

Suite à plusieurs controverses liées à la collecte et à l’exploitation des données par Facebook, Mark Zuckerberg a récemment promis de faire de la confidentialité sa nouvelle priorité. Cependant, un rapport de 4000 pages fourni au site CNBC par des sources anonymes révèle que le chef d’entreprise prévoyait d’utiliser les données pour asseoir sa domination sur les autres réseaux sociaux.

Les documents, datés de 2011 à 2015, prouvent notamment que les dirigeant de Facebook, dont le CEO Mark Zuckerberg et la COO Sheryl Sandberg, envisageaient de passer des accords avec des développeurs tiers pour évaluer avec précision la valeur des données des utilisateurs.

La firme envisageait plusieurs solutions pour monétiser les données des utilisateurs de Facebook. Elle comptait notamment les vendre directement, ou les échanger contre des faveurs de la part de ses partenaires. Des partenariats avec une centaine de développeurs ont été considérés.

Facebook voulait déterminer la valeur exacte des données de ses utilisateurs

facebook données valeur

Cependant, ces partenariats n’étaient pas une finalité. Le véritable objectif de Facebook était de déterminer ” combien les développeurs sont prêts à payer “ pour accéder aux données personnelles des utilisateurs du réseau social.

Finalement, l’entreprise américaine a décidé de renoncer à cette stratégie. Néanmoins, le rapport confirme qu’elle s’est servie des données comme d’un outil pour pénaliser ses rivaux en leur refusant l’accès aux données. Par exemple, une application de messagerie devenue ” trop populaire ” s’est vue privée d’accès aux informations.

A l’inverse, les développeurs considérés comme des ” amis de Mark Zuckerberg ” ont pu profiter d’un accès privilégié à ces informations. De même, Amazon s’est vu conférer l’accès à davantage de données en récompense pour avoir dépensé de fortes sommes en publicité sur Facebook. Un comble, lorsqu’on  sait que Mark Zuckerberg a démenti avoir délivré un traitement de faveur à des développeurs ou à des partenaires.

De la même façon, alors que le chef d’entreprise a juré n’avoir ” jamais vendu les données des utilisateurs sans leur consentement “, un exécutif décrit Mark Zuckerberg comme un ” maître de l’exploitation ” des données

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend