téléchargement guide ultime tout savoir

Téléchargement – le guide ultime : techniques, risques, légal ou illégal…

Le téléchargement consiste à sauvegarder des fichiers depuis internet sur votre ordinateur, smartphone, tablette ou tout autre appareil connecté. Découvrez tout ce que vous devez savoir à ce sujet : définition, différentes méthodes et techniques, différences entre téléchargement illégal ou légal, risques de sécurité…

Avant internet, il était nécessaire d’acheter une VHS pour regarder un film, un disque pour écouter de la musique, un livre pour lire un roman. Même les logiciels étaient vendus sur des CD-Rom.

Désormais, le téléchargement permet de se procurer n’importe quel type de contenu au format numérique. Cette pratique a donc totalement révolutionné notre façon de consommer le contenu multimédia.

Cependant, il existe un revers de la médaille : le téléchargement illégal d’oeuvres protégées par des droits d’auteur est un véritable fléau contre lequel les autorités du monde entier tentent de lutter…

A travers ce dossier complet, vous allez découvrir toutes les facettes du téléchargement. Toutefois, LeBigData.fr ne fait en aucun cas la promotion du téléchargement illégal. Rappelons qu’il existe aujourd’hui de nombreuses plateformes légales pour le contenu multimédia.

Citons par exemple Spotify pour le streaming musical, ou Netflix pour le streaming de films et de séries. Ces services délivrent un catalogue très complet pour le prix d’un abonnement mensuel, et permettent donc d’accéder à de nombreuses oeuvres tout en rémunérant leurs auteurs.

Qu’est-ce que le téléchargement ? Comment ça marche ?

Avant d’entrer plus en détail sur les différentes techniques de téléchargement ou les différents types de contenus téléchargeables, il est important de bien comprendre ce qu’est le téléchargement.

On distingue tout d’abord les notions  » d’upload  » et de  » download « , tous deux traduits par  » téléchargement  » en français. Pour faire simple, un  » upload  » est comparable à un envoi. Le fichier ou les données sont chargées vers internet.

Lorsqu’on  » upload  » un fichier vers un serveur ou un autre ordinateur, on envoie les données depuis son ordinateur vers l’appareil de destination. Par exemple, un  » upload  » d’image vers Facebook consiste à envoyer une image depuis son ordinateur ou son PC vers les serveurs de Facebook.

Même une simple recherche internet est en fait un  » upload « . Par exemple, lorsque vous recherchez une vidéo sur YouTube, chaque terme entré dans la barre de recherche envoie un infime volume de données vers le serveur du site web.

À l’inverse, le  » download  » consiste à recevoir un fichier ou des données en provenance d’un serveur ou d’un autre ordinateur, via internet. Un  » download  » sur le web signifie donc que l’on transfère des données depuis un appareil vers son propre ordinateur, smartphone ou tablette.

Sur internet, il est possible de télécharger toutes sortes de contenus et de types de fichiers : des films, des logiciels, des musiques, des livres, des images… certains téléchargements sont gratuits, mais de nombreuses plateformes de téléchargement sont payantes.

C’est par exemple le cas du Google Play Store ou de l’Apple App Store. Sur ces plateformes, beaucoup de fichiers disponibles au téléchargement sont payants. Il peut s’agir d’applications, mais aussi de chansons, de vidéos ou de documents.

Même lorsque vous visitez une page web, vous téléchargez les images et le texte depuis le serveur vers votre ordinateur. Le fichier de la page web au format htm ou html est ensuite affiché par votre navigateur web.

Il existe différents protocoles réseau pour les téléchargements. Le FTP utilise les clients et les serveurs FTP pour envoyer et recevoir des données entre deux appareils. Le HTTP est utilisé pour le téléchargement via un navigateur web.

Il existe toutefois de nombreuses méthodes de téléchargement, et il est important de distinguer le téléchargement légal et le téléchargement illégal. C’est ce que nous allons aborder en détail dans ce dossier.

À quoi sert le téléchargement ?

Il existe de nombreuses raisons de télécharger des fichiers. Vous pouvez par exemple vouloir une copie locale d’un document afin d’y apporter des changements.

Vous voulez peut-être télécharger une musique pour l’écouter, ou un film pour le visionner. Quelle que soient la raison et le type de fichier à télécharger, le téléchargement d’un fichier repose sur les mêmes processus.

DDL, Torrent, P2P, Streaming… les différentes méthodes et techniques de téléchargement

Il existe de nombreuses techniques de téléchargement différentes. Chacune présente ses avantages et ses inconvénients.

Peer to Peer (P2P) ou partage en pair-à-pair

Le partage de fichier en pair-à-pair, souvent abrégé par P2P, était jadis la méthode la plus utilisée pour le téléchargement. Elle consiste à télécharger un fichier directement auprès d’autres internautes le possédant déjà sur leur disque dur.

Le téléchargement ne s’effectue pas directement sur un navigateur web, comme avec le téléchargement direct, mais par le biais d’un logiciel spécifique. Ce logiciel permet de localiser les ordinateurs possédant le fichier recherché. Il ne s’agit pas des serveurs d’un hébergeur, mais de simples ordinateurs appartenant à des particuliers.

À partir du logiciel dédié, l’utilisateur envoie une requête pour le fichier qu’il souhaite télécharger. Le logiciel recherche alors le fichier parmi tous les ordinateurs qui l’utilisent et sont connectés à internet. Le téléchargement commence dès qu’un ordinateur détenant le fichier est localisé.

Dès que vous avez téléchargé un fichier, les autres internautes peuvent à leur tour le télécharger à partir de votre ordinateur via ce même logiciel. Toutefois, la charge de transfert est distribuée entre les différents ordinateurs possédant le fichier.

Parmi les logiciels de P2P les plus connus, on peut citer Gnutella, Kazaa, ou le célèbre eMule qui régnait jadis sur le téléchargement illégal en France. Cependant, les autorités comme la HADOPI surveillent désormais le téléchargement P2P de très près.

C’est d’ailleurs le partage d’un fichier téléchargé qui est considéré comme une preuve de piratage par la HADOPI, et non son téléchargement. C’est la raison pour laquelle le téléchargement direct est désormais privilégié pour le téléchargement illégal.

Le torrent

Le torrenting est une technique de téléchargement basé sur le réseau BitTorrent. Plutôt que de télécharger des fichiers stockés sur un serveur central, cette méthode consiste à télécharger des fichiers depuis l’ordinateur des autres utilisateurs du réseau. Il s’agit donc d’une forme de partage de fichiers en P2P.

Cette technique requiert l’utilisation d’un logiciel de gestion de torrent pour se connecter au réseau BitTorrent. Ces logiciels peuvent être téléchargés gratuitement, sur PC ou mobile. Parmi les plus connues, on peut citer BitComet ou uTorrent.

Les  » trackers  » comme The Pirate Bay ou KickassTorrents permettent de chercher des liens magnet et des fichiers Torrent, permettant de trouver les utilisateurs du réseau hébergeant le fichier recherché sur leurs ordinateurs.

Le torrenting en lui-même n’est pas illégal. Cependant, le réseau BitTorrent est fréquemment utilisé pour le partage de fichiers protégés par des droits d’auteur. Ce réseau est très surveillé par les fournisseurs d’accès internet et les autorités.

Le protocole BitTorrent est devenu le médium de partage P2P le plus populaire suite au déclin de services centralisés comme Napster ou Limewire.

Direct Download Link (DDL) ou lien de téléchargement direct

Un lien de téléchargement direct (Direct Download Link) est un lien hypertexte sur un site web permettant de télécharger directement un fichier à partir d’un serveur d’hébergement. Il suffit de cliquer sur le lien pour lancer le téléchargement.

Il s’agit d’une alternative aux autres techniques de téléchargement. N’importe quel type de fichier peut être téléchargé avec cette méthode : une vidéo, une musique, un logiciel…

Au fil des dernières années, le téléchargement direct est devenu particulièrement populaire dans le domaine du téléchargement illégal. Pour cause : il est nettement plus difficile à surveiller et à empêcher pour les autorités.

Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, si le fichier téléchargé est hébergé sur un serveur situé à l’étranger, la HADOPI ne peut intervenir à l’heure actuelle. En outre, en cas de téléchargement illégal, la preuve sur laquelle s’appuie la HADOPI n’est pas le téléchargement du fichier en lui-même, mais le partage de ce fichier avec d’autres internautes via le P2P. Le téléchargement direct ne laisse donc aucune preuve.

Les liens de téléchargement direct sont fréquemment utilisés par les hackers pour diffuser des malwares. L’internaute pense par exemple cliquer sur un lien pour télécharger un film, et télécharge en fait un virus qui s’installera aussitôt sur son PC.

Il existe des plateformes regroupant des liens de téléchargement direct, à l’instar du site web français Zone-Téléchargement. Cependant, les liens agrégés sur ces sites renvoient en fait vers des fichiers stockés sur les serveurs de divers hébergeurs comme 1fichier, Mega ou UpToBox.

Le streaming

De plus en plus populaire à l’ère du Cloud, le streaming de données représente une alternative au téléchargement. Cette méthode est particulièrement utilisée pour le contenu multimédia comme les films ou les chansons.

Par exemple, les plateformes de streaming de film comme Netflix permettent de visionner des films directement sur un navigateur web sans avoir besoin de les sauvegarder sur l’appareil. Il existe également de nombreuses applications accessibles directement sur le web.

Le streaming présente plusieurs points forts. Il permet d’économiser la capacité de stockage d’un appareil, puisque le fichier n’a pas besoin d’être sauvegardé. De plus, il est possible de visionner un film en streaming immédiatement et sans avoir besoin d’attendre que le téléchargement soit complet.

En revanche, si vous comptez visionner un film ou écouter une musique sans connexion internet, le téléchargement traditionnel reste indispensable. Le streaming nécessite d’être connecté à internet.

Il existe des plateformes de streaming illégales, permettant de visionner du contenu protégé par les droits d’auteur. De nombreux internautes regardent par exemple des matchs de football en streaming de manière illégale, au lieu de payer un abonnement aux chaînes de télévision spécialisées.

Cette méthode de téléchargement est plus récente, et n’est donc pas toujours aussi fermement surveillée et règlementée. Le streaming n’est par exemple pas considéré comme illégal en Inde, et personne n’a encore été condamné aux États-Unis. En revanche, il s’agit d’une pratique interdite en France et au Royaume-Uni.

Qu’est-ce que le téléchargement illégal et quels sont les risques ?

Il est très important de distinguer le téléchargement légal du téléchargement illégal. Depuis les débuts d’internet, le partage illégal de musique, de films ou de logiciels est un véritable problème contre lequel tentent de lutter les autorités du monde entier.

Qu’est-ce que le téléchargement légal ?

Le téléchargement légal concerne plusieurs catégories de contenus. Vous pouvez télécharger en toute légalité les fichiers dont les créateurs autorisent le libre partage : musiques et images libres de droit, logiciels Open Source…

Il en va de même pour les fichiers du domaine public. Un contenu tombe dans le domaine public si son auteur l’autorise, ou après que la propriété intellectuelle a expiré. La durée du  » copyright  » peut varier, mais les vieux films, musiques et jeux vidéo sont souvent téléchargeables librement. De tels fichiers peuvent être téléchargés auprès de bibliothèques, d’universités ou d’autres organisations de conservation culturelle.

Enfin, il existe de nombreuses plateformes de téléchargement légal. Certaines vous permettent de télécharger des fichiers en les payant à l’unité, comme l’App Store ou le Google Play Store. D’autres vous proposent d’accéder à un contenu illimité en échange d’un abonnement mensuel, à l’instar des plateformes de streaming comme Netflix ou Spotify.

Qu’est-ce que le téléchargement illégal ?

En dehors des exemples cités ci-dessus, le téléchargement de fichiers est généralement illégal. La plupart des films, séries TV, albums de musique, logiciels ou livres modernes (datant de moins d’un siècle) sont protégés par les droits d’auteur et leur téléchargement constitue un délit de piratage.

Le droit d’auteur signifie que les auteurs d’un contenu sont rémunérés grâce à sa vente. Ce contenu ne peut donc pas être copié, reproduit ou revendu sans permission explicite. Si vous téléchargez un fichier sans l’avoir payé, il s’agit d’un crime.

Tout savoir sur la HADOPI

En France, la Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des Droits sur Internet (HADOPI) surveille et sanctionne le téléchargement illégal et le piratage. Il est strictement interdit de télécharger des oeuvres artistiques couvertes par le droit d’auteur sans payer ou sans en recevoir l’autorisation explicite.

La HADOPI surveille le téléchargement P2P, le streaming et le téléchargement direct. En cas de téléchargement illégal via votre connexion internet, vous pouvez être incriminé même si vous n’êtes pas la personne ayant téléchargé le contenu.

Précisons que le téléchargement en lui-même ne constitue pas une preuve. C’est la mise à disposition de l’oeuvre téléchargée à d’autres internautes via le P2P, suite au téléchargement, qui fait office de preuve. À l’heure actuelle, le téléchargement direct est donc moins  » risqué  » que le P2P…

https://www.youtube.com/watch?v=vEGwh9-hAg8

En cas de téléchargement illégal, si vous êtes repéré par la HADOPI, vous recevrez un premier avertissement par mail. Si vous êtes à nouveau repéré dans les six mois suivant le premier mail, vous recevrez un second avertissement par courrier.

Si vous continuez en dépit de ces avertissements, et que vous êtes repéré par la HADOPI pour la troisième fois dans les 12 mois suivant le premier mail, vous pouvez être poursuivi en justice et condamné.

Votre dossier sera alors examiné par la Commission de protection des droits de la Hadopi. Si elle vous convoque, ou si vous le souhaitez, vous pourrez être entendu. Lors de l’audition, il est possible d’être accompagné par la personne de votre choix. Il peut s’agir d’un avocat.

Après cette audition, la Commission décidera d’abandonner les poursuites ou de transmettre le dossier au procureur de votre domicile. Celui-ci décidera ou non de vous poursuivre devant le tribunal de police. Dans ce cas, vous serez jugé pour  » négligence caractérisée  » pour ne pas avoir surveillé la légalité de l’usage de votre connexion internet. Vous pourrez alors écoper d’une peine maximale de 1500 euros d’amende.

En théorie, le téléchargement illégal peut valoir une poursuite pour contrefaçon : un délit puni d’une peine de 300 000€ d’amende et de 3 ans d’emprisonnement. Toutefois, seuls les plus gros pirates risquent une telle sanction.

Avant 2013, la HADOPI était autorisée à couper la connexion internet d’un contrevenant en cas de téléchargement illégal. Ce n’est toutefois plus possible aujourd’hui.

Téléchargement et VPN : pourquoi utiliser un réseau virtuel privé ?

De nombreux internautes utilisent un VPN ou réseau virtuel privé pour le téléchargement. Ce type de logiciels permet de faire transiter sa connexion internet par un serveur distant. Ce serveur peut même être situé dans un pays étranger.

Votre véritable adresse IP sera donc dissimulée, et remplacée par une adresse partagée avec d’autres internautes utilisant le même service. Un VPN permet aussi de chiffrer le trafic avant même qu’il quitte votre ordinateur. Par conséquent, votre activité sur le web est masquée auprès du fournisseur d’accès à internet ou de tout autre tiers.

En guise d’alternative, vous pouvez aussi utiliser Tor. Ce navigateur web opère de façon similaire à un VPN, en redirigeant votre trafic vers d’autres  » noeuds  » et sous une forme chiffrée.

Téléchargement et malwares : quels sont les risques et comment télécharger en toute sécurité

Le téléchargement n’est pas toujours sans risque. Certains fichiers peuvent contenir des malwares (logiciels malveillants). C’est ainsi que de nombreux cybercriminels piègent leurs victimes, en joignant par exemple un malware à un email ou à une page web.

Les systèmes d’exploitation modernes sont dotés de systèmes de protection contre les virus. Toutefois, il est important d’éviter de télécharger des fichiers en provenance de sites web inconnus ou suspects. Avant un téléchargement, assurez-vous que la source soit fiable et réputée.

Pour ce faire, vous pouvez par exemple consulter les pages  » à propos  » ou  » contact  » d’un site web afin de vérifier sa légitimité. Cherchez le numéro de téléphone, l’adresse physique, ou tout autre élément renvoyant aux propriétaires du domaine. Une simple recherche Google peut aussi vous révéler si un site web est connu pour ses risques de sécurité.

En ce qui concerne les emails, ne téléchargez jamais une pièce jointe si vous ne connaissez pas l’expéditeur du courrier. Cette pièce jointe pourrait contenir un malware ou un Cheval de Troie et compromettre la sécurité de votre système.

Avant de télécharger un fichier, vous pouvez aussi le scanner pour vérifier qu’il ne contienne pas de logiciel malveillant. La plupart des logiciels antivirus proposent des fonctionnalités de scan, accessibles par un simple clic droit ou depuis le menu principal du programme. Si vous avez déjà téléchargé le fichier, scannez-le avant de l’ouvrir ou de l’exécuter.

Prêtez aussi attention aux  » extensions  » des fichiers que vous souhaitez télécharger. Il s’agit des lettres suivant le nom du fichier. Par exemple, un fichier exécutable (.exe ou .scr) est généralement considéré comme dangereux et devrait être évité.

Enfin, il est recommandé d’effectuer un  » backup «  de votre appareil. Il s’agit d’une copie des fichiers stockés sur la mémoire de l’ordinateur ou du téléphone, sauvegardée sur le Cloud ou sur un disque dur externe. Si par malheur vous téléchargez un virus qui bloque ou efface le disque dur de l’appareil, vous pourrez ainsi restaurer tout le contenu. Il vous suffira de réinitialiser le système et de restaurer le backup.