Décathlon et l’éternelle question de la « Transparence »

Décathlon et l’éternelle question de la « Transparence »

Si le RGPD (règlement général sur la protection des données) impose une totale transparence quant à la collecte et aux traitements des données, Décathlon semble ignorer volontairement ce règlement. 

Ce que dit la loi

Avant de collecter et de partager les données des utilisateurs, les organisations et les éditeurs de sites Web doivent clairement énoncer l’objectif du partage de données dans un accord. Ce dernier aide à justifier ce partage et à fournir une preuve documentée de la prise en compte des problèmes de conformité

Selon le RGPD, toute organisation doit expliquer l’objectif du partage de données, pourquoi les informations doivent être partagées pour atteindre ces objectifs et les avantages de le faire. Si d’autres organisations sont impliquées dans le partage de données, il faut le préciser. 

Le RGPD impose par ailleurs des contrôles plus rigoureux sur le traitement des catégories particulières de données personnelles. Il s’agit d’informations relatives à la race, à la religion, aux opinions politiques, à l’appartenance syndicale, à l’orientation sexuelle, aux informations sur la santé, aux données biométriques et aux informations génétiques d’un individu.

En vertu du RGPD, les individus ont certains droits sur la manière dont leurs informations sont traitées et utilisées. Ils ont notamment le droit d’accepter ou de refuser la collecte et le partage de données avec un consentement éclairé.

Décathlon : un manque évident de transparence

Décathlon indique que le compte des utilisateurs est lié à d’autres organisations partenaires du même groupe : Valiuz. En plus de Décathlon, ce dernier regroupe Auchan, Boulanger, Kiabi, Leroy Merlin, Norauto, Flunch, Alinea, Jules, Saint Maclou, Electro Dépôt et 3 Brasseurs. Toutes ont accès aux données des comptes utilisateurs de l’entreprise de sport.

Néanmoins, la société n’indique pas clairement ce fait dans sa politique de partage de données. Par ailleurs, rien n’indique aux utilisateurs que leurs données sont partagées par défauts à moins de ne désactiver manuellement cette option.

Les observateurs dénoncent ce manque de transparence. Et pourtant, il semblerait que Décathlon déclare ne pas exploiter les données de ses clients sans leur consentement. D’ailleurs, l’ensemble des conditions de traitement des informations serait flou.

Ces observateurs évoquent une volonté d’induire les utilisateurs en erreur pour pouvoir partager leurs données sans un consentement préalable et éclairé. Pour eux, Valiuz trompe effrontément ses clients à ce niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest