Accueil > Sécurité > Facebook paye secrètement des ados pour accéder à leurs données
facebook vie privée adolescents

Facebook paye secrètement des ados pour accéder à leurs données

Dans le cadre de son  » Project Atlas « , Facebook a payé des adolescents 20 dollars par mois en échange de toutes leurs données personnelles : messages privés, photos, vidéos, historique de navigation, de géolocalisation, de commandes Amazon… en bref, ces ados ont accepté de vendre leur vie privée pour une poignée de dollars.

C’est une nouvelle révélation fracassante qui vient, une nouvelle fois, entacher la réputation du réseau social Facebook. Selon le site web américain TechCrunch, depuis 2016, Facebook paye secrètement des adolescents autour de 20 dollars par mois pour qu’ils utilisent une application de type VPN dans le cadre du programme  » Project Atlas « .

Intitulée  » Facebook Research « , cette application offre à l’entreprise l’accès complet au smartphone et à l’activité web des utilisateurs. Dans le cadre du programme, Facebook s’autorise notamment à collecter le contenu des messages privés, photos et vidéos dans les applications de messagerie, les emails, l’activité de navigation web, les logs des applications installées, l’historique de géolocalisation, ou encore l’utilisation des données mobiles. Certains utilisateurs se sont même vu demander de fournir des captures d’écran de leur historique de commandes sur Amazon.

En somme, en échange de 20 dollars par mois, les utilisateurs de Facebook Research autorisent la firme de Mark Zuckerberg à les espionner dans les moindres détails. Un pacte qui pourrait séduire les adolescents sans le sou pour financer leurs sorties entre amis, mais qui semble en réalité plutôt inéquitable lorsqu’on connaît la vraie valeur de ces données pour Facebook…

En réalité, cette application serait une nouvelle version de l’application Onavo Protect de Facebook. Cette dernière avait été bannie de l’App Store d’Apple en 2018, car elle ne respectait pas les conditions de confidentialité d’Apple. C’est probablement la raison pour laquelle Facebook Research n’est pas disponible sur l’App Store.

Facebook admet l’existence du Project Atlas

facebook project atlas

Pour la télécharger, les utilisateurs doivent passer par l’un de ces trois services de beta testing : BetaBound, uTest et Applause. La particularité de ces services est qu’ils font leur publicité uniquement sur Instagram et Snapchat, afin de cibler des personnes âgées de 13 à 35 ans dans le cadre d’une  » étude de recherche payée sur les réseaux sociaux « .

Après s’être inscrits à l’application, les mineurs étaient invités à demander la permission de leurs parents par le biais d’un formulaire. Il est intéressant de noter que le document mentionnait que  » même s’il n’y a aucun risque connu associé au projet, les utilisateurs doivent accepter que le projet implique le tracking d’informations personnelles via l’utilisation d’applications par vos enfants « .

Suite à cette révélation de la part de TechCrunch, Facebook a reconnu l’existence du programme Project Atlas. La firme se défend toutefois en affirmant qu’il s’agit pour elle d’une façon d’identifier les points qu’elle pourrait améliorer dans son fonctionnement, et que  » beaucoup d’entreprises  » en font de même.

Elle précise par ailleurs que les informations collectées ne sont pas partagées avec des tiers et qu’il est possible de cesser de participer à tout moment. Curieusement, toutefois, Facebook vient de mettre un terme à ce programme suite à la publication de l’article de TechCrunch…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend