Accueil > Intelligence artificielle > Frontier : le superordinateur le plus rapide du monde créé par Cray et AMD
frontier superordinateur amd cray

Frontier : le superordinateur le plus rapide du monde créé par Cray et AMD

Cray et AMD dévoilent Frontier : le superordinateur le plus rapide du monde, avec une puissance de calcul de 1,5 exaflop. Cette machine va permettre de répondre aux besoins liés à l’intelligence artificielle, à l’analyse de données et à la simulation.

Avec l’essor de technologies comme le Big Data et l’intelligence artificielle, les besoins en puissance de calcul ne cessent d’augmenter. Pour répondre à ces besoins, l’humanité se tourne désormais vers les superordinateurs ou supercomputers : des machines dont la puissance repousse les limites de la science informatique.

Aujourd’hui, AMD et Cray dévoient le superordinateur le plus rapide du monde : Frontier. Avec une puissance avoisinant 1,5 exaflops, cette machine fera entrer l’industrie dans l’ère du calcul exascale.  Il s’agira donc d’un nouveau standard pour le caclul intensif.

Le coût du développement de la technologie, ainsi que le contrat, atteignent les 600 millions de dollars américains. La mise en ligne, aux Etats-Unis, est prévue pour 2021.

Frontier : un superordinateur propulsé par l’architecture Cray Shasta et les processeurs AMD

Le Frontier repose sur l’architecture Cray Shasta. Il embarque des processeurs AMD EPYC custom et GPU Radeon Instinct. Ces composants sont spécialement conçus pour l’informatique haute performance (HPC) et l’intelligence artificielle (IA).

Le ratio est de 4 GPU pour 1 CPU, connectés par un lien Infinity Fabric custom à haut débit cohérent. Afin d’exploiter pleinement les performances de ces GPU et CPU AMD, on retrouve une version améliorée de l’environnement de programmation open source ROCm.

Avec ce superordinateur, l’objectif de Cray et AMD est de proposer une solution aux problèmes informatiques les plus complexes à l’heure actuelle. Cette machine repousse les limites du HPC, afin de prendre en charge les exigences de l’informatique exascale en matière de complexité de calcul,  d’interconnexion, de logiciel et de stockage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend