ChatGPT OpenAI

Ce ChatGPT imite un candidat aux élections, OpenAI le bannit en urgence

OpenAI, la société derrière ChatGPT, a pris des mesures immédiates à l’encontre du Dean.Bot. Ce chatbot personnalisé prétendait être Dean Phillips, un candidat démocrate à la présidence américaine.

ChatGPT a ouvert un nouveau chapitre dans le monde des chatbots : créer facilement des versions personnalisées, sans besoin de coder. C’est une révolution, certes, mais pas sans risque. Alors que les élections présidentielles américaines se profilent, OpenAI veille au grain. Pour éviter tout dérapage, ils ont pris une décision ferme : le bannissement de Dean.Bot, un premier pas audacieux dans cette ère nouvelle.

OpenAI s’oppose à la création d’un ChatGPT qui mime un candidat présidentiel

Ce bot, programmé pour simuler Dean Phillips, visait à influencer les élections présidentielles américaines. Développé par Delphi, spécialiste en IA, il bénéficiait du soutien de Matt Krisiloff et Jed Somers, entrepreneurs influents de la Silicon Valley. Ces derniers avaient créé un comité d’action politique, « We Deserve Better », dédié à Phillips.

Toutefois, face à cette situation, OpenAI a réagi promptement. Dans ce cas, ils ont immédiatement interdit Dean.Bot et d’autres chatbots similaires. Leur objectif principal était de prévenir la diffusion de fausses informations politiques. Ainsi, cette interdiction marque une étape significative dans la lutte d’OpenAI contre les fake news électorales.

Suspension du compte des développeurs

OpenAI a intensifié ses mesures en suspendant le compte des développeurs de ce ChatGPT personnalisé. Le Washington Post a relayé cette décision, officiellement confirmée par OpenAI. En effet, cette suspension résultait de la violation des règles d’utilisation de ChatGPT. Ces règles interdisent spécifiquement l’usurpation d’identité et l’usage politique.

« Chaque utilisateur de nos outils est tenu de respecter nos règles d’utilisation. Récemment, nous avons dû supprimer un compte développeur pour non-respect de ces règles. Notre API (Application Programming Interface) interdit formellement les campagnes politiques et l’usurpation d’identité sans autorisation. »

Les développeurs avaient pourtant pris des mesures pour éviter la confusion. Ils avaient clairement indiqué que Dean.Bot n’était pas vraiment Phillips et que l’IA pouvait donner des informations inexactes. Dean.Bot était présenté comme un outil éducatif pour aider les électeurs à comprendre un candidat et son programme. Néanmoins, le risque de mauvaise utilisation restait élevé.

Face à ces inquiétudes, OpenAI a opté pour une ligne de conduite stricte. Malgré les précautions des développeurs, ce chatbot a été définitivement retiré du service. Cette décision marque un tournant dans la manière dont OpenAI gère les implications politiques de l’IA, en n particulier ChatGPT. Elle souligne l’importance de la responsabilité dans l’utilisation des technologies émergentes, surtout dans le domaine sensible de la politique.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *