allemagne cloud

L’Allemagne développe son Cloud souverain avec l’aide de Google

L’Allemagne a été, avec la France, une force motrice derrière la quête de l’Europe pour la « souveraineté » du cloud. Cela fait quelques années que certains pays ont annoncé des plans pour un réseau cloud européen appelé Gaia-X. L’idée était que les entreprises européennes n’aient pas à s’appuyer sur des fournisseurs étrangers pour les fondations de leurs services en ligne et la gestion des données internes.

Une collaboration avec Google et T-Systems

Désormais, l’Allemagne se dote d’un « cloud souverain » qui ciblera des secteurs tels que l’automobile et les soins de santé, ainsi que le secteur public, lors de son lancement l’année prochaine. Il sera géré par T-Systems, l’intégrateur de systèmes appartenant à Deutsche Telekom et l’un des membres fondateurs de Gaia-X, en partenariat avec Google, le géant du cloud distinctement non européen.

On ne sait pas encore comment le cloud souverain de Google et de T-Systems pourrait être lié au réseau Gaia-X. Ce dernier est censé offrir une interopérabilité entre les fournisseurs participants, qui incluent Google ainsi que Microsoft et Amazon. Il y a un peu plus d’une semaine, Google a annoncé qu’il investirait 1,2 milliard de dollars dans son infrastructure cloud allemande au cours de la prochaine décennie.

Souveraineté des données : signification

Le terme « souveraineté des données » sous-entend bien plus que la localisation des données. Cela consiste à stocker les données des citoyens ou du gouvernement d’un certain pays dans ce pays lui-même. C’est quelque chose que la Chine ou la Russie imposent, et que l’UE, moins autoritaire, essaie au moins d’encourager à travers son règlement général sur la protection des données (RGPD).

La souveraineté des données concerne également les personnes qui accèdent à celles-ci. C’est un sujet particulièrement brûlant en ce qui concerne les fournisseurs de cloud américains, pas qu’en Allemagne. Dans le cadre du nouvel accord de T-Systems et de Google, T-Systems s’occupera, entre autres, du cryptage et de la gestion des identités des clients. Les deux sociétés devront superviser tout accès à leurs installations communes en Allemagne. T-Systems sera en mesure d’examiner les mises à jour logicielles de Google avant leur déploiement.

Un partenariat similaire à un autre de 2015

Ce n’est pas la première fois que T-Systems essaie une telle offre ; la dernière fois, c’était en 2015, avec Microsoft comme partenaire. À l’époque, Microsoft a lancé de nouveaux data centers en Allemagne contrôlés par T-Systems, qui agissait en tant que « dépositaire des données ». Sous cette structure, Microsoft ne pouvait pas accéder aux données sans l’autorisation des clients, et T-Systems devait superviser l’accès lorsque cette autorisation était accordée.

Cependant, les mises à jour du service ont pris du retard par rapport à celles de la plate-forme d’infrastructure cloud Azure standard de Microsoft. Le service spécifique à l’allemand était plus cher qu’Azure ordinaire et aurait été plus difficile à utiliser. Microsoft a supprimé l’offre en 2018.

Il y a quelques semaines, T-Systems a annoncé un « service de confidentialité dans le cloud » pour les utilisateurs du cloud public de Microsoft en Allemagne. Les données sont alors cryptées avant qu’elles n’atteignent les serveurs de Microsoft. Plus tard, Microsoft aurait proposé uncloud souverain pour le gouvernement fédéral et d’autres gouvernements allemands.

Sources & crédits Source : fiercetelecom - Crédit :

Pin It on Pinterest