allocation chômage vérification via reconnaissance faciale contre la fraude

Allocation chômage aux États-Unis : la reconnaissance faciale pour lutter contre la fraude

Au pays de l’Oncle Sam, 25 États imposent la reconnaissance faciale aux personnes qui déposent une demande d’allocation chômage. Les départements du travail de ces États affirment utiliser la vérification d’identité par reconnaissance faciale pour prévenir la fraude. 

Identité vérifiée via le logiciel commercial de reconnaissance faciale ID.me

CNN rapporte que 25 États utilisent déjà le logiciel commercial de reconnaissance faciale ID.me pour vérifier l’identité des personnes demandant des allocations chômage. Cela ajoute probablement des millions de personnes à la base de données de reconnaissance faciale de l’État en considérant que 9,5 millions de personnes sont au chômage aux États-Unis, selon le Bureau of Labor Statistics. Selon le guide ID.me, les demandeurs doivent créer un compte ID.me, avec une adresse e-mail, un numéro de sécurité sociale, une pièce d’identité avec photo et une empreinte vidéo

Un consentement explicite est par ailleurs nécessaire pour que la société puisse partager des informations. ID.me affirme que l’utilisateur peut « détruire les identifiants ID.me et l’application autorisée à tout moment ». Néanmoins, elle ajoute dans une note de bas de page que « certaines données » liées aux identifiants « seront conservées après la suppression du compte uniquement à des fins de prévention de la fraude et d’audit gouvernemental ». ID.me peut conserver les données biométriques jusqu’à sept ans et demi après la suppression du compte.

Un système peu fiable

Plusieurs États, dont le Colorado, le Nevada et New York, exigent explicitement des personnes qui perçoivent déjà une allocation chômage de télécharger à nouveau leurs documents sur ID.me avec une empreinte vidéo. Un porte-parole du département du Travail de l’État de New York a déclaré que l’État avait en gros remplacé les documents papier comme les certificats de naissance, par une technologie de reconnaissance faciale, pourtant connue pour ses nombreux biais. La technologie présente en effet un taux d’erreur particulièrement élevé avec la reconnaissance des personnes de couleur.

À ce sujet, le ministère du Travail déclare que si le match échoue, des arbitres de confiance d’ID.me peuvent planifier un appel vidéo pour vérification. La personne doit alors répondre à quelques questions permettant de confirmer son identité. Mais cela nécessite un ordinateur avec accès Internet, choses qui ne sont pas accessibles pour environ un demi-million de foyers new-yorkais. Et le système lui-même semble altéré. De nombreuses personnes se sont plaintes de ne pas pouvoir accéder aux services ou d’attendre des mois avant de recevoir leur dû. D’autres affirment devoir attendre 6 heures juste pour pouvoir parler à un représentant ID.me afin de percevoir des crédits d’impôt pour enfant (CTC).

Pin It on Pinterest