police reconnaissance faciale ia prédire crime

Reconnaissance faciale : Amazon interdit définitivement Rekognition à la police

Il y a près d’un an, Amazon a annoncé qu’elle cesserait de fournir son logiciel de reconnaissance faciale baptisé Rekognition à la police pendant un an. Aujourd’hui, il semble que l’interdiction ne prendra pas fin de si tôt, voire jamais.

Amazon : étendre l’interdiction jusqu’à nouvel ordre

Le 18 mai dernier, Amazon a déclaré que l’entreprise étend son interdiction d’utilisation de la technologie par la police jusqu’à nouvel ordre. Amazon autorise l’utilisation de cette technologie de reconnaissance faciale pour la surveillance des points d’accès d’un immeuble par exemple ou la reconnaissance des visages sur Internet, mais pas par la police. 

Bien que la technologie présente des biais envers les personnes de couleur, certains services de police continuentd’utiliser des systèmes de reconnaissance faciale pour retrouver des suspects potentiels. En conséquence de quoi, plusieurs hommes noirs ont été arrêtés à tort aux États-Unis. Amazon a décidé d’interrompre les ventes de Rekognition aux services de police lors de manifestations contre la violence policière aux États-Unis suite à la mort de George Floyd.

Une épilogue provisoire d’une émeute historique ?

En juin 2020, Amazon a déclaré qu’il avait déjà plaidé pour que les gouvernements réglementent la technologie. L’entreprise espérait qu’un moratoire d’un an permettrait au Congrès d’adopter des lois relatives à l’utilisation éthique des systèmes de reconnaissance faciale aux États-Unis. Amazon a offert son assistance dans ce processus, déclarant à l’époque être prêt à aider, si nécessaire.

La décision initiale d’Amazon faisait suite à une lettre d’IBM aux législateurs américains. Cette lettre annonçait que le géant de l’informatique n’offrirait plus de services de reconnaissance faciale et condamnait l’utilisation de la reconnaissance faciale pour la surveillance de masse, le profilage racial ou les violations des droits fondamentaux et la liberté.

Aucune avancée majeure au niveau de la législation

loi informatique liberté

Aucune loi fédérale n’a été adoptée. Il existe  quelques réglementations américaines limitant l’utilisation des systèmes de reconnaissance faciale mais les interdictions restent souvent à l’échelle d’une ville. Ces règles ont par ailleurs tendance à cibler la manière dont le gouvernement et les entreprises pourraient utiliser ces logiciels, et négligent les individus.

L’American Civil Liberties Union est l’un des nombreux groupes de défense des droits civiques. L’association a critiqué avec véhémence la technologie de reconnaissance d’Amazon dans le passé et a demandé à Amazon de cesser de la vendre à des institutions gouvernementales. Dans une déclaration, elle se dit ravie de voir l’interdiction prolongée.

Exhorter le gouvernement de cesser d’utiliser la technologie

Nathan Freed Wessler, directeur adjoint du projet Speech, Privacy and Technology de l’ACLU (American Civil Liberties Union), a déclaré : « Désormais, l’administration et les assemblées législatives de Biden à travers le pays doivent protéger davantage les communautés contre les dangers de cette technologie en mettant fin à son utilisation par les forces de l’ordre, quelle que soit la société qui la vend. ».

Clearview AI est peut-être la plus connue des autres sociétés qui vendent la technologie de reconnaissance faciale. Cette société a construit une énorme réserve de visages avec des images de personnes provenant de réseaux sociaux et limite son utilisation aux forces de l’ordre.

Pin It on Pinterest