Accueil > Solutions Cloud > Apple > Apple annule son projet de Data Center en Irlande
apple data center irlande annulation

Apple annule son projet de Data Center en Irlande

Apple vient d’annoncer l’annulation de son projet de Data Center en Irlande. Face aux multiples recours en justice contre son projet de centres de données, la firme californienne a fait le choix de renoncer après trois ans d’attente, au grand dam du gouvernement irlandais.

En février 2015, Apple annonçait son intention de construire un Data Center à Athenry, dans l’ouest de l’Irlande. Son objectif était de tirer parti des sources d’énergie verte situées à proximité pour prendre en charge les données de ses clients européens au sein d’un centre de données écologique. Un projet ambitieux, au coût de 850 millions d’euros.

Malheureusement pour l’entreprise californienne, plusieurs recours ont été déposés, principalement par deux personnes, afin de s’opposer à l’homologation du projet. En octobre 2017, la Haute Cour d’Irlande a autorisé le lancement du chantier, mais les opposants ont décidé de porter l’affaire devant la Cour suprême.

Apple renonce suite aux oppositions à son projet de Data Center en Irlande

apple data center irlande

Après trois ans de négociations, las, Apple vient finalement de jeter l’éponge. Selon le communiqué officiel, publié jeudi 10 mai 2018, « les retards dans la procédure d’approbation ont contraint l’entreprise à élaborer d’autres plans et elle ne pourra pas donner suite au centre de données ». La Pomme ne cache pas sa déception, mais conserve son enthousiasme pour de futurs projets en Irlande. Elle compte notamment étendre son siège social européen dans le comté de Cork où sont employées 6000 personnes.

De son côté, la ministre des Entreprises, Heather Humphreys, se dit très déçue par la décision d’Apple. Selon elle, il s’agit d’un échec regrettable pour Athenry et l’ouest de l’Irlande. Rappelons qu’un emploi sur dix en Irlande est créé par des multinationales étrangères. Le pays compte d’ailleurs modifier sa législation pour accélérer les procédures de validation des projets similaires.

Tout comme la « Zone à Défendre » de Notre-Dame-des-Landes, l’échec de ce projet témoigne de l’augmentation d’une pression contestataire autour des projets de construction de grande ampleur en Europe. Si l’affaire n’avait pas été portée devant la Cour suprême, on peut supposer que les opposants auraient eux aussi choisi d’occuper les lieux pour se dresser contre Apple…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend