Microsoft veut ressusciter les morts grâce à l’intelligence artificielle

Avec ce nouveau chatbot de Microsoft, la réalité dépasserait presque la fiction. Il s’agit en effet d’un interface qui, pour ainsi dire, permettrait de créer le clone virtuel d’une personne grâce à l’intelligence artificielle. Cette technologie ouvre la possibilité de communiquer avec une personne déjà disparue grâce à ses données personnelles.

Utiliser les données personnelles

Cette technologie de Microsoft permet de créer des chatbots spécifiques, un double numérique d’un individu. Utilisant l’intelligence artificielle, la firme de Redmond s’appuie sur les données personnelles de la personne pour créer ces chatbots. Ces données de différente nature (image, vidéo, bande sonore, tweet et autres publications, courriels, … ) sont entre autres tirées des réseaux sociaux. Toute empreinte numérique peut d’ailleurs être exploitée dans la création de ce clone virtuel. 

Grâce à cette technologie, vous aurez la possibilité de converser avec toute personne de votre choix, vivante ou déjà disparue. Pour cette dernière, l’utilisation de ce logiciel soulève des problèmes d’éthique : à qui demander la permission pour l’utilisation des données personnelles de la personne. Le  brevet déposé par Microsoft auprès de l’Office américain des brevets et des marques (USPTO). Et l’entreprise n’est pour l’heure qu’à ce stade. La question épineuse de l’autorisation sera probablement évoquée si effectivement la technologie verra le jour. 

Vers des conversation toujours plus pointues

D’une manière générale, les interactions avec les chatbots sont relativement limitées. Elles deviennent vite moins naturelles. Les dialogues peuvent devenir répétitifs et manquer de matière. Cette nouvelle technologie de Microsoft vise une meilleure qualité de conversation en créant au niveau de la machine un comportement social humain. Cela passe par la voix et le visage

Plus précisément, le chatbot de Microsoft aura la capacité d’adopter plusieurs tons de voix et d’utiliser plusieurs expressions faciales. Le logiciel pourra ainsi adopter les traits oraux d’une personne. Selon les quelques informations du brevet, l’agent conversationnel permettra véritablement d’incarner un individu