chercheurs hydrogène

Ces chercheurs ont découvert un secret pour stocker l’hydrogène

Le stockage de l’hydrogène a longtemps posé un problème majeur pour les énergies propres. Cependant, des chercheurs de l’université d’État de Pennsylvanie ont trouvé une nouvelle méthode pour stocker l’hydrogène.

Ces nouveaux chercheurs en l’hydrogène ont publié les conclusions de leur étude. Ils révèlent une méthode innovante pour stocker l’hydrogène de manière plus efficace et propre. Cette percée pourrait avoir des implications importantes pour l’avenir de l’énergie propre.

Les secrets du débordement d’hydrogène enfin révélés par les scientifiques de Penn State

Les chercheurs de Penn State se sont concentrés sur le débordement d’hydrogène, un concept vieux de presque 60 ans. Des nanoparticules métalliques, comme la silice, accélèrent les réactions chimiques lorsqu’elles sont ancrées sur un oxyde stable. L’hydrogène migre alors du métal vers l’oxyde. Depuis 1964, ce phénomène a captivé l’attention des chercheurs, qui y ont vu une opportunité pour utiliser l’hydrogène comme source d’énergie propre. Cependant, le mécanisme exact demeurait méconnu.

Les chercheurs ont commencé à résoudre ce mystère. Ils ont réussi à quantifier le débordement d’hydrogène, une première dans le domaine, comme l’a indiqué Bert Chandler, professeur à Penn State.

Ces chercheurs révolutionnent le stockage et l’utilisation de l’hydrogène pour une énergie propre

La manière traditionnelle de stocker l’hydrogène nécessite beaucoup d’énergie pour maintenir sa forme liquide à des températures très basses. Or, les nouveaux chercheurs en l’hydrogène de Penn State ont trouvé une alternative. Grâce à un système spécial d’or sur de l’oxyde de titane, ils ont réussi à briser les molécules d’hydrogène en atomes de manière efficace et réversible. Ce processus permet le débordement d’hydrogène à des températures plus élevées, tout en consommant moins d’énergie.

« Nous avons quantifié le débordement d’hydrogène pour la première fois. C’est un grand pas en avant », s’est réjoui Bert Chandler. En mesurant ce phénomène, ils peuvent maintenant le comprendre et le contrôler plus efficacement.

Dans ce système innovant, l’hydrogène gazeux se divise en atomes d’hydrogène équivalents. Ils se séparent en protons et électrons, mais dans un arrangement différent de leur disposition classique. Les protons adhèrent à la surface du matériau, tandis que les électrons se dirigent vers la bande de conduction près de la surface de l’oxyde semi-conducteur.

Les experts espèrent utiliser cette découverte pour des applications chimiques plus avancées. Leur objectif principal est d’utiliser les atomes brisés pour le stockage de l’hydrogène et comme carburant propre. En décodant les mécanismes du débordement d’hydrogène, ils ouvrent la voie à des technologies d’énergie propre plus efficaces et durables.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *