Femme qui lit un livre en voiture grâce à son véhicule autonome

Comprendre les véhicules autonomes à travers leur histoire

Un véhicule autonome c’est quoi ? Il y a quelques années, cela relevait de la fiction, mais aujourd’hui c’est devenu une réalité. Un véhicule est autonome quand il peut se conduire tout seul, sans intervention humaine. Pour comprendre ce que c’est, voici donc l’histoire de cette invention.

La perspective d’une voiture qui se conduit toute seule peut encore sembler très loin. Toutefois, de grandes entreprises telles que Ford, Mercedes et Tesla travaillent toutes d’arrache-pied pour créer des voitures autonomes pour un monde en constante évolution. Pour comprendre le principe, nous devons nous plonger dans l’histoire des véhicules autonomes. Mais avant, voyons d’abord ce qu’est un véhicule autonome.

Une voiture autonome, c’est quoi ?

L’expression « automobile » est en elle-même un pléonasme. Elle signifie une machine qui se déplace par elle-même, donc autonome. Ce que nous appelons une voiture autonome est donc une voiture qui se conduit sans intervention humaine

Dans son plus haut niveau de conduite autonome (un niveau allant de 1 à 5 aujourd’hui) un véhicule autonome est capable de se déplacer dans les conditions de circulation normales. Elle peut ainsi prendre des décisions de manière autonome sans intervention du conducteur. En effet, grâce à de nombreux capteurs et à des logiciels informatiques particulièrement avancés.

Si jusqu’à aujourd’hui, le terme ne touchait que les voitures, on pourra sans doute compter sur une utilisation plus large à savoir sur les trottinettes électriques, les skateboards de dernière génération ou encore les vélos.

véhicules autonomes sur l'autoroute

Quelques dates importantes dans l’histoire des véhicules autonomes

La première voiture autonome remonte à l’époque de Léonard de Vinci. L’inventeur a ainsi conçu un chariot qui pouvait se déplacer sans être poussé ou tiré. Sa direction pouvait être réglée à l’avance afin que le chariot puisse se déplacer le long d’un trajet prédéterminé. Depuis, la technologie n’a cessé d’évoluer avec différents prototypes de véhicules autonomes.

En 1977, un laboratoire de robotique au Japon a mis sur le marché avec succès des voitures autonomes selon un plan adapté. La technologie utilisée consiste à suivre à l’aide de caméras la trajectoire avec des marqueurs reconnaissables au sol. La vitesse maximale ne dépassait pas les 30 km/h, ce qui est une véritable prouesse pour les chercheurs de l’époque.

En 1986, le groupe Mercedes-Benz coopère avec une équipe de l’Université fédérale d’Allemagne à Munich pour tester un véhicule de livraison équipé d’une caméra. Le logiciel de reconnaissance a été développé par une équipe de l’Université sous la direction d’Ernst Dieckmanns. La voiture pouvait atteindre des vitesses allant jusqu’à 100 km/h sur le réseau routier.

Une grande avancée technologique

En 1987, la Commission européenne a financé 800 millions d’euros pour le projet européen « Prometheus ». À travers cet investissement, le développement d’outils technologiques de conduite autonome a été envisagé dans les grandes réalisations des années 2000, marquant ainsi un tournant dans l’industrie de la mobilité.

En 1995, la première voiture autonome a fait un voyage de 1600 km pour faire le trajet Munich-Copenhague (aller-retour) à une vitesse maximale de 175 km/h. Il s’agit de l’itinéraire de conduite autonome le plus long, dont 158 ​​kilomètres ne nécessitent aucune intervention humaine.

Dans les années 2000, les progrès technologiques, en particulier les progrès sur les technologies de la communication, ont permis aux systèmes de transport intelligents de faire un grand bond. Après ces années, de nombreux géants (tels que Google et Tesla) ont pleinement exploité ce problème et développé leurs produits indépendamment en fonction de divers facteurs.

Tesla et son pilote automatique

En 2015, l’aspect le plus important du semi-pilote automatique de Tesla a été fourni sous forme de mise à jour séparée. Le pilote automatique a été lancé à la fin de 2015 et peut être utilisé en mains libres sur les autoroutes et les autoroutes. Mise à jour logicielle de nuit pour les propriétaires de Model S.

De nos jours, les voitures autonomes peuvent fonctionner de manière autonome dans presque toutes les situations : villes, autoroutes, embouteillages, parking… D’ici à quelques années, on pourra sans doute compter sur d’autres formes de véhicules autonomes, autres que les voitures sans chauffeur. 

Pin It on Pinterest