Crypto : les américains inflexibles sur la cybersécurité et le blanchiment d'argent

Crypto : les américains inflexibles sur la cybersécurité et le blanchiment d’argent

Les régulateurs financiers américains rappellent qu’aucune entreprise, y compris les plateformes cryptos, ne peuvent passer outre les réglementations relatives à la cybersécurité et au blanchiment d’argent. Les autorités deviennent de plus en plus inflexibles sur ce point, à l’image de l’amende de 30 millions de dollars infligée à la division crypto de la société Robinhood.

Des mesures de sécurité insuffisantes pour Robinhood 

À New-York, le NYDFS (New York State Department of Financial Services) soumet des réglementations anti-blanchiment d’argent et de cybersécurité aux institutions financières. Le règlement impose l’adoption d’une politique de cybersécurité complèt

Les règles strictes obligent également les entreprises à lancer et maintenir un système de signalement continu des événements de cybersécurité. Le régulateur new-yorkais a aussi établi une réglementation antiterroriste et anti-blanchiment d’argent

La division crypto de la plateforme américaine de courtage Robinhood aurait violé ces règles. Le NYDFS lui a ainsi infligé une amende de 30 millions de dollars. Selon le régulateur, le programme de sécurité mis en place par Robinhood manquait clairement de ressources (humaines et technologiques) pour faire face aux risques.

Une première application de la loi de la cybersécurité dans le secteur crypto

Cette sanction est la première application de la loi dans le secteur de la cryptomonnaie à New-York. Le régulateur précise que la division cryptographique de Robinhood n’a pas réussi à passer d’un système de surveillance manuelle à un système plus adapté au volume actuel de ses transactions

En 2020, la plateforme de trading a fait l’objet d’une enquête axée sur la lutte contre le blanchiment d’argent et les problèmes de cybersécurité. Elle a été par la suite notifiée de ses lacunes. La division crypto de la plateforme a déclaré être en conformité sans avoir apporté les améliorations requises. 

Robinhood déclare qu’il s’attendait déjà à cette sanction. Cheryl Crumpton, l’avocate de la société affirme néanmoins que la plateforme a déployé les efforts nécessaires pour être conforme à la loi. Elle déclare : « La société a fait des progrès significatifs dans la construction de ses programmes juridiques, de conformité et de cybersécurité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest