Cybersécurité — Redteam : tout ce que vous devez savoir

Rien de mieux que des tests drastiques pour assurer la sécurité de vos données. Et cette approche est très efficace pour atteindre cet objectif. La Redteam est alors un membre important dans le service cybersécurité d’une entreprise.

L’ère du numérique ne cesse d’évoluer chaque jour. Les innovations et les découvertes sont de plus en plus nombreuses. Et depuis quelques années, la digitalisation est le centre de la vie quotidienne. Mais cette tendance attire aussi les hackers. Ces derniers développent des stratégies complexes pour pirater les serveurs. La sécurité informatique est alors un enjeu de taille pour toutes les entreprises. Ici, la Redteam intervient pour renforcer le service cybersécurité des intéressés. Et ce groupe s’appuie sur des approches particulières pour atteindre ses objectifs.

Redteam : qu’est-ce que c’est ?

La Redteam fait partie intégrante du service cybersécurité d’une entreprise. C’est un groupe de professionnels, qui se focalise sur la manipulation des techniques de piratage utilisées par les hackers.

Cette équipe de spécialistes élabore des stratégies offensives pour mesurer la résistance du système de sécurité d’une entreprise. Bien sûr, il faut avoir l’autorisation de cette dernière avant de lancer les attaques simulées.

L’objectif est simple : identifier les failles du protocole de sécurité et les corriger au plus vite. Les membres de la Redteam vont alors utiliser les techniques les plus utilisées par les pirates informatiques. Ils déterminent ensuite les chemins de pénétration (réseau ou système).

La Redteam exploite toutes les méthodes existantes durant leurs tests. Ils peuvent tirer profit des tactiques et des procédures les plus célèbres, opter pour la cyberattaque éthique, ou effectuer différentes vérifications de sécurité.

Quelles sont les utilités d’une Redteam dans son service de cybersécurité ?

Identification des vulnérabilités

Certes, plusieurs techniques peuvent identifier les failles du système de sécurité. Cependant, l’intervention d’une Redteam offre une approche plus directe et plus précise.

Prévention des cyberattaques

La préparation est la clé de toutes politiques de sécurité. Et ce concept est un incontournable pour les grandes entreprises. Les PME doivent aussi l’adopter pour mieux protéger leur donnée.

La Redteam, par l’intermédiaire du service cybersécurité, établit des stratégies après leurs attaques simulées. En effet, ces spécialistes peuvent détecter les failles, et les esquiver pour avoir des mesures efficaces.

Amélioration des politiques de sécurité

C’est aussi un des atouts de la Redteam. Après leurs évaluations, les membres de cette équipe peuvent établir une politique de sécurité adaptée aux attentes de l’entreprise. Cette approche permet d’éviter les techniques d’attaques les plus sophistiquées.

Vérification de conformité

L’intervention d’une équipe Redteam permet d’évaluer la conformité du service de cybersécurité d’une entreprise. En effet, il existe plusieurs réglementations pour améliorer la protection des données. Le RGPD est la référence en Europe, mais il y a aussi d’autres exigences pour éviter les cyberattaques.

Formation des employés

Dans certaines situations, l’équipe Redteam peut aussi donner des formations en cybersécurité. Ces séances se basent avant tout sur la sensibilisation des employés. Mais certains modules expliquent les types de cyberattaques, et les bonnes pratiques pour les éviter.

Quelles sont les techniques utilisées par la Redteam ?

Les spécialistes en cybersécurité de la Redteam doivent lister toutes les techniques des hackers. Cette stratégie est infaillible pour se préparer à toutes éventualités.

La technique Phishing est une des plus célèbres dans le monde du hacking. Et c’est le plus efficace, surtout si l’usager n’est pas très attentif. La Redteam l’exploite alors pour tester la vulnérabilité des employés face à cette technique. À la fin de la démarche, les membres de l’équipe sensibilisent les utilisateurs victimes de l’attaque simulée.

Par ailleurs, le Redteam manie aussi le procédé « brute force ». Cette dernière consiste à déchiffrer les mots de passe par plusieurs essais. Si le système de sécurité présente des lacunes, la Redteam n’aura pas de difficulté à craquer les mots de passe. L’objectif est d’évaluer la résistance des serveurs face à cette attaque.

La Redteam peut utiliser les tests de surveillances physiques. Ici, le groupe va tenter de pénétrer sans autorisation dans les serveurs de l’entreprise. Un accès est synonyme de faille dans la politique de sécurité. Cette tactique est alors nécessaire pour réviser le protocole de sécurité d’une entreprise.

Certaines équipes Redteam optent aussi pour une approche un peu particulière. En effet, ils utilisent des techniques de manipulation psychologiques pour évaluer la vigilance des employés. C’est la stratégie d’ingénierie sociale. Les spécialistes en cybersécurité ne vont pas exploiter le protocole de sécurité. Par contre, ils vont examiner le comportement des usagers face aux différentes activités sur leur ordinateur.

cybersécurité redteam

Comment se déroule un test de sécurité Redteam ?

L’équipe doit examiner en détail le règlement de sécurité d’une entreprise. Pour arriver à cet objectif, elle doit suivre un processus bien défini.

Tout commence par la planification. La Redteam analyse la politique de cybersécurité d’une entreprise. Elle doit alors évaluer les infrastructures, les systèmes de protection, et même les réglementations en vigueur.

La deuxième étape est la reconnaissance. Les membres de la Redteam collectent des informations concernant la sécurisation des données. Et tous les moyens seront utilisés pour rassembler les renseignements les plus fiables. Ils commencent par analyser les infrastructures en place. Ensuite, ils enquêtent sur les employés pour connaître leur habitude en termes de vigilance informatique.

Les spécialistes organisent enfin les attaques simulées. Bien sûr, cette étape nécessite l’autorisation de l’entreprise. Ils essayent alors plusieurs techniques pour tester la résistance des pare-feu. Si ces derniers cèdent, les experts en cybersécurité tenteront d’accéder aux données sensibles.

À la fin de l’intervention, les membres de l’équipe Redteam rédigent un rapport détaillé de leur approche. Ils vont lister les failles du système de sécurité. Ils communiquent aussi des recommandations afin de renforcer le protocole de sécurité.

Dans certains cas, le groupe peut fournir des services d’accompagnement sur le long terme. Ici, elle effectuera des formations, et des suivis de l’efficacité des stratégies établies. Ces approches sont utiles, surtout si l’entreprise manipule des données sensibles.

Devenir membre de la Redteam : les compétences nécessaires

La Redteam est une branche intégrante de la cybersécurité. Les missions de chaque membre sont assez délicates, surtout lors des collaborations avec les grandes entreprises. Chaque spécialiste doit maîtriser quelques compétences de base pour exceller dans le secteur.

Bonne connaissance des systèmes d’exploitation

Windows, Linux, macOS, ou Android, ces systèmes d’exploitation sont les terrains de jeu d’un membre de la Redteam. L’intéressé doit alors connaître leur dispositif de sécurité respectif. Ensuite, il doit maîtriser leur fonctionnalité, et leur architecture. Le professionnel doit aussi connaître les menaces les plus courantes pour chaque système. De ce fait, il pourra s’adapter aux outils utilisés par l’entreprise.

Maîtrise des outils virtuels

Depuis l’avancée du numérique, les entreprises utilisent des systèmes de stockages virtuels. Or, ce sont les cibles de prédilection pour les hackers. Chaque membre de la Redteam doit alors connaître en détail toutes les plateformes de Cloud Computing. Les plus célèbres sont Azure, Google Cloud Plateform, ou Amazon AWS. Par ailleurs, il existe d’autres outils de virtualisation comme VirtualBox, ou Hyper-V.

Analyse des techniques de hacking

Cette compétence d’un membre du Redteam est nécessaire pour améliorer la cybersécurité d’une entreprise. Ainsi, le spécialiste pourra simuler les attaques afin d’identifier les failles dans le système de sécurité. Divers outils seront à sa disposition comme : WinDbg, PE, ELF, Mach-O, etc.

Par ailleurs, l’expert doit aussi utiliser plusieurs techniques pour mieux organiser les cyberattaques simulées. L’objectif est d’exploiter les approches de hacking les plus redoutables pour cerner toutes les lacunes du protocole de protection. Les outils de prédilection sont Empire Framework, Burp Suite, et Cobalt Strike.

Connaissance poussée des protocoles réseau

La majorité des piratages informatiques passent par les réseaux. En effet, cette approche permet d’accéder directement aux données les plus sensibles. Le professionnel de la cybersécurité doit alors maîtriser les différents protocoles existants. Pour la communication, les références sont les TCP, UDP, IP, et DNS. Par ailleurs, les normes HTTP/HTTPS sont aussi de mise pour sécuriser les applications web. Et dans certains cas, l’expert doit connaître le SSH, et le VPN. Ces derniers concernent les serveurs à distance.

Programmation

Comme tout spécialiste de la cybersécurité qui se respecte, un membre de la Redteam doit être un programmeur chevronné. En plus des langages informatiques de bases (Python, C/C++, Bash, ou Ruby), il doit aussi ajouter sa touche personnelle. Le but est d’exploiter la programmation pour créer un outil efficace. Par ailleurs, cette compétence est nécessaire pour mieux contourner le système de sécurité lors des attaques simulées.

Les limites de la Redteam dans le domaine de la cybersécurité

La Redteam est d’une efficacité considérable, surtout pour les grandes entreprises. Toutefois, ce groupe présente des limites. Peser le pour et le contre est alors recommandé avant de recruter RedTeam pour renforcer son service de cybersécurité.

Le coût est le premier inconvénient des approches Redteam. En effet, il faut un apport financier conséquent pour analyser le système de sécurité et planifier des cyber attaques simulées.

Par ailleurs, l’éthique est aussi un frein pour cette équipe. En effet, les hackers ne se soucient pas de ce principe. Ils vont alors utiliser des techniques impensables pour soutirer les données. Par contre, les membres de la Redteam considèrent toujours l’éthique avant de lancer une attaque. 

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *