google data centers

L’eau : comment Google gère-t-il cette ressource en data centers ?

« Reconstituer 120 % de l’eau que nous consommons d’ici 2030 ». Voilà notamment l’objectif posé par Google, bien que celui-ci n’ait divulgué de détails sur le nombre de gallons indispensables à ce projet. Néanmoins, il a fourni plusieurs détails sur les idées et les partenariats qu’il utilisera. 

Positiver l’eau par Google : comment s’y prendre ?

D’après une profonde analyse, un data center moyen de Google consomme 450 000 gallons d’eau « par jour ». Une quantité, cela dit, assez immense, voire même exagérée.  « Les serveurs sont chauds, nous devons les refroidir », déclare Kate Brandt, CSO de Google, après un suivi de l’évolution de la stratégie de gestion d’eau de la société. « Reconstituer 120 % de l’eau consommée d’ici 2030 », c’est notamment l’objectif qu’elle s’est posée.

Brandt a alors publié trois mesures pour accompagner ces efforts. Premièrement, faire progresser l’utilisation responsable de l’eau dans toutes les installations Google. Deuxièmement, accompagner les travaux sur les problématiques d’approvisionnement et de qualité des bassins versants impactés par son activité. Et troisièmement, utiliser sa technologie pour aider d’autres organisations à gérer les problèmes liés à l’eau. Dans un blog sur son nouvel engagement, Brandt rapporte que les data centers refroidis à l’eau utilisent moins d’énergie que ceux qui utilisent des méthodes de refroidissement par air. D’ailleurs, la société estime que cette alternative lui faisait bénéficier d’une réduction de son empreinte carbone liée à l’énergie d’environ 300 000 tonnes.

data centers

Google : de l’eau pour alimenter les processus de refroidissement des data centers

L’année dernière en effet, la majeure partie de la quantité globale d’eau opérationnelle utilisée par Google est lié à ses data centers. Avec un retirement de 6,3 milliards de gallons, 1,7 milliard ont été déchargés. Dès lors, selon Brandt et Ben Townsend, responsable de la stratégie des infrastructures et de l’eau chez Google, ce travail va s’accélérer.

Certes, Townsend n’a pas révélé la taille de l’investissement. Mais du moins, ce n’est pas une entreprise anodine. Google a bien financé le développement d’une installation secondaire à environ huit kilomètres de son data center. Dès lors, au lieu d’être rejetée dans la rivière Chattahoochee, l’eau de l’usine de traitement de l’autorité des eaux et des égouts du comté de Douglas est interceptée par le système. Par la suite, cette même eau est envoyée à l’installation de Google pour servir dans son processus de refroidissement. Néanmoins, la société renvoie toute eau qui ne s’évapore à la rivière.

Ce système d’utilisation d’eau récupérée est en fait une stratégie du Pays-Bas. Là-bas, Google a contribué au financement d’une conduite d’eau industrielle réduisant la dépendance aux eaux souterraines. Selon encore Townsend, l’utilisation de l’eau récupérée est en cours d’évaluation pour chaque emplacement de data center. En revanche, l’entreprise n’a pas d’objectif précis sur la quantité d’eau qu’elle recyclera à l’avenir. Par ailleurs, Townsend a notamment déployé de nouveaux systèmes qui utilisent une alternative à faible consommation d’eau. Ceux-ci arrivent à réduire jusqu’à 50 % de la consommation d’eau du data center. Néanmoins, il n’a pas partagé de détails sur le moment où cette approche sera disponible ou si elle sera déployée en premier.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest