Cet embryon est créé sans sperme ni ovule : Une première mondiale

On est désormais capable de créer un embryon humain sans sperme ni ovule. C'est une avancée majeure pour la recherche sur les embryons.

Des chercheurs de l'institut Weizmann, une université israélienne, ont réussi l'exploit de concevoir un embryon humain sans sperme ni ovule. Les modèles ne sont pas des répliques exactes d'un embryon naturel. En revanche, les similitudes sont suffisamment importantes pour offrir de nouvelles bases de travail.

En effet, les spécialistes de l'embryologie espèrent que ces modèles aideront à étudier les malformations congénitales. Ces dernières surviennent au début du développement embryonnaire. Les embryons artificiels peuvent également offrir une meilleure compréhension de l'exposition à certains produits médicamenteux.

En somme, faire avancer la science de l'embryon permettra de savoir les raisons faisant qu'une grossesse n'arrive pas à terme. L'équipe israélienne détaille ses travaux dans un article paru dans la revue Nature en juin dernier.

14 jours pour développer un embryon sans sperme ni ovule

La conception d'embryons artificiels se fait à partir de cellules souches. Rappelons que ces dernières sont capables de former différents types de tissus. Dans une étude publiée en 2021, les chercheurs ont procédé à des manipulations génétiques pour concevoir des embryons artificiels de souris.

La méthode de l'équipe israélienne est tout autre. Elle s'appuie uniquement sur l'utilisation de produits chimiques. Ces substances sont appliquées pour influencer les cellules souches à former le type de tissu recherché. Cette approche permet d'obtenir des modèles artificiels, avec une structure globale proche de celle d'un embryon humain naturel.

La création commence avec des cellules souches dans un état naïf. Celles-ci sont ensuite transformées en cellules embryonnaires. Les chercheurs fabriquent également des tissus pour le placenta, le sac vitellin et la membrane mésodermique extra-embryonnaire.

Tous les tissus sont finalement combinés et 1 % d'entre eux s'agglutinent pour former des boules propres à un embryon humain. À noter que le processus s'étend sur 14 jours.

Le débat sur l'éthique dans l'embryologie relancé

Les résultats des chercheurs de l'institut Weizmann impressionnent la communauté scientifique – notamment les spécialistes du domaine. Ces structures embryonnaires contiennent presque tous les genres de cellules trouvés dans l'embryon en croissance, confirme un professeur de l'université de Reading au Royaume-Uni.

Les travaux des chercheurs israéliens ont également fait réagir un spécialiste de la biologie du développement en Allemagne. « La ressemblance avec l'embryon naturel est remarquable, presque troublante », souligne ce chercheur de l'institut Max-Planck de biologie cellulaire moléculaire et génétique.

Même si le nouvel embryon conçu sans sperme ni ovule peut être utile à la recherche, sa création soulève des questions éthiques.

Il y a d'abord la durée de conservation des embryons en laboratoire. Leur état de maturité soulève effectivement de vifs débats. Les chercheurs continuent de suivre la règle des 14 jours, mais certains pensent que ce délai devrait être élargi.

Même si la conception des modèles embryonnaires continue de s'améliorer, les scientifiques restent confrontés à ces problèmes éthiques. Il ne s'agit aujourd'hui que d'un simple embryon, demain, ce sera probablement un véritable bébé éprouvette.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *