Accueil > Sécurité > RGPD > Fidzup : la première entreprise française mise en faillite par le RGPD
fidzup faillite rgpd

Fidzup : la première entreprise française mise en faillite par le RGPD

La startup de ciblage publicitaire Fidzup vient de faire faillite. Elle accuse directement la CNIL de l’avoir condamnée, suite à une mise en demeure publique en juillet 2018 pour infraction au RGPD…

En juillet 2018, la CNIL mettait en demeure la startup Fidzup en l’accusant d’exploiter les données d’utilisateurs de smartphones sans leur consentement explicite.

Ces informations étaient exploitées à des fins de ciblage publicitaire. En fonction des données de géolocalisation du smartphone de l’usager, des publicités pour des magasins situés à proximité lui étaient proposées.

Il aura fallu cinq mois à Fidzup pour trouver un accord avec la CNIL et modifier la manière dont elle recueillait l’accord des utilisateurs de smartphones pour capturer leurs données. La mise en demeure fut levée le 29 novembre 2018.

Malheureusement pour elle, Fidzup ne s’est jamais vraiment relevée de ce coup dur. Un peu plus d’an an après, la startup vient tout juste de mettre la clef sous la porte.

Fidzup reproche à la CNIL sa mise en demeure publique

Dans un billet de blog, le co-fondateur Oliver Magnan-Saurin accuse la CNIL d’être directement responsable de cette faillite. S’il ne remet «nullement en question le fonds de la procédure», il estime que le régulateur a eu tort de diffuser publiquement cette mise en demeure et de jeter ainsi l’opprobre sur la startup.

De son côté, la CNIL estime auprès de l’AFP qu’il était nécessaire «d’alerter les millions de personnes dont les données étaient collectées et traitées à leur insu». En outre, cette mise en demeure publique avait pour but d’empêcher le développement d’un écosystème qui «était en train de se construire sur la base de telles pratiques».

L’objectif de la CNIL était d’envoyer un message fort, «une alerte collective» à toutes les entreprises susceptibles de mettre en oeuvre de telles pratiques. Outre Fidzup, trois autres startups similaires avaient d’ailleurs été mises en demeure : Teemo, SingleSpot et Vectaury. Vraisemblablement, la faillite de Fidzup devrait servir de leçons aux autres startups tentées par ce modèle économique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *