google enquête géolocalisation données irlande

Données de géolocalisation : l’Irlande ouvre une enquête sur Google

L’autorité de protection des données irlandaise, la Data Protection Commission, annonce l’ouverture d’une enquête concernant le traitement des données de géolocalisation par Google. Une seconde enquête est ouverte concernant Match Group, qui détient notamment Tinder et OKCupid…

Pour les géants de la tech américains, l’Europe représente un marché stratégique incontournable. Cependant, contrairement à la Chine ou aux Etats-Unis, le vieux continent oppose aux GAFAM une certaine résistance quant aux pratiques les plus discutables.

La modération des discours haineux, l’évasion fiscale, les pratiques anti-concurrentielles, ou encore la protection des données sont autant de thématiques sur lesquelles l’UE empêche les colosses américains de se comporter à leur guise.

Achetez des leads sur la marketplace I.T

Les atteintes à la confidentialité des citoyens sont particulièrement mal vues, notamment depuis l’entrée en vigueur du RPGD en mai 2018. En décembre 2019, la Commission européenne a d’ailleurs ouvert une enquête préliminaire sur la façon dont Google collecte, traite, utiliser et monétise les données à des fins de ciblage publicitaire. Facebook sera également examiné dans le cadre de cette enquête.

Les autorités de protection des données des pays membres, elles aussi, se dressent contre l’intrusion des GAFAM dans nos vies privées. On se souvient notamment de l’amende RGPD record de 50 millions d’euros infligée par la CNIL à Google en janvier 2019.

De la même manière, la Data Protection Commission irlandaise accorde un point d’honneur à faire respecter le RGPD. Rappelons en effet que de nombreuses entreprises technologiques ont choisi d’établir leur QG européen en Irlande pour profiter d’une fiscalité particulièrement favorable.

L’Irlande veut vérifier si Google et Match Group respectent le RGPD

Aujourd’hui, la DPC irlandaise annonce l’ouverture d’une nouvelle enquête concernant le traitement des données de géolocalisation par Google. L’organisme déclare avoir ” reçu un certain nombre de plaintes ” d’associations de consommateurs des différents pays de l’UE au sujet de l’utilisation de ces informations collectées auprès des utilisateurs par le titan californien.

Cette enquête aura pour but de vérifier si Google respecte la loi en traitant les données de géolocalisation de ses utilisateurs, mais aussi s’il respecte les obligations de transparence imposées par le RGPD en tant que contrôleur de données.

Suite à cette annonce, un porte-parole de Google s’est exprimé. Selon ses dires, l’entreprise a apporté plusieurs changements importants à la façon dont elle traite les données au cours de l’année passée.

D’après lui, ” les gens devraient être en mesure de comprendre et de contrôler comment les entreprises telles que Google utilisent les données de géolocalisation pour leur fournir des services “. Ainsi, la firme de Mountain View s’engage à ” coopérer pleinement avec la Data Protection Commission dans le cadre de cette enquête, et continuera à travailler en étroite collaboration avec les régulateurs et les associations de consommateurs en Europe “.

En parallèle, la DPC irlandaise annonce également l’ouverture d’une enquête sur le Match Group qui détient notamment Tinder, OKCupid, Hinge ou PlentyOfFish. Cette enquête aura pour but d’examiner la façon dont le groupe traite les données personnelles des utilisateurs de Tinder récemment accusé de vendre vos informations les plus intimes.

Tout comme Google, Match Group a réagi en assurant que ” la transparence et la protection des données personnelles est de la plus haute importance ” et qu’il coopèrera pleinement avec la Data Protection Commission et de se conformer au RGPD et à toutes les lois applicables. Il faudra toutefois attendre la conclusion de ces deux enquêtes pour jauger la sincérité des déclarations de Google et Match Group…