Accueil > Solutions Cloud > Google > Google dit avoir atteint la suprématie quantique, mais qu’est-ce que c’est ?
google suprématie quantique

Google dit avoir atteint la suprématie quantique, mais qu’est-ce que c’est ?

Dans un article publié (puis mystérieusement supprimé) sur le site web de la NASA, Google affirme avoir atteint  » la suprématie quantique « . Découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce concept, qui pourrait marquer le début d’une ère nouvelle pour l’informatique quantique…

Le géant de Mountain View a-t-il atteint la suprématie quantique ? Il semblerait que oui, si l’on en croit un article publié par Google sur le site web de la NASA qui a toutefois été supprimé peu après sa publication…

Dans cet article, intitulé  » Quantum supremacy using a programmable superconducting processor « , les chercheurs de Google affirment avoir atteint la suprématie quantique pour la première fois. Si c’est réellement le cas, il s’agit d’un moment charnière pour le développement de l’informatique quantique

Le terme de suprématie quantique désigne la capacité potentielle d’un ordinateur quantique à résoudre des problèmes que les ordinateurs traditionnels sont incapables de résoudre. Jusqu’à présent, cette capacité théorique n’avait jamais été concrétisée dans la pratique.

Auparavant, Google avait exprimé sa volonté d’atteindre la suprématie quantique à la fin de l’année 2017. Hélas ! Le système à 72 qubits grâce auquel elle comptait y parvenir s’était révélé trop difficile à contrôler.

C’est la raison pour laquelle la firme californienne a développé un système à 53 qubits dénommé Sycamore. C’est précisément ce système qui viendrait finalement d’atteindre la suprématie quantique.

Google affirme que son ordinateur quantique a effectué une opération impossible pour une machine classique

Selon l’article publié sur le site de la NASA, Sycamore est parvenu à prouver le caractère aléatoire de nombres produits par un générateur de nombres aléatoires en 3 minutes et 20 secondes. Or, pour effectuer cette même opération, le superordinateur traditionnel le plus puissant du monde, Summit, aurait eu besoin d’environ 10 000 ans. On peut donc considérer que ce calcul ne peut pas être effectué par un ordinateur traditionnel, et que Sycamore démontre la suprématie quantique pour la première fois.

Du moins, telle est l’affirmation des chercheurs de Google. Néanmoins, cette grande découverte est remise en cause par IBM : un autre géant de la tech particulièrement investi dans le domaine quantique. Interrogé par Financial Times, le directeur de la recherche d’IBM, Dario Gil, déclare que la proclamation de Google est  » tout simplement fausse « .

Pour cause, le système de Google est conçu spécialement et uniquement pour résoudre ce problème. Or, IBM estime que la suprématie quantique doit impérativement être atteinte par un ordinateur quantique  » généraliste « . Rappelons qu’IBM a récemment lancé l’ordinateur quantique le plus stable à ce jour, le Q System One, et vient aussi de mettre à disposition des utilisateurs de son Cloud un ordinateur quantique de 53 qubits

De son côté, le directeur du hardware quantique d’Intel, Jim Clake, accueille l’annonce avec davantage d’enthousiasme. Selon lui, ce succès de Google marque  » un tournant majeur dans la réalisation du potentiel de l’informatique quantique « . Une avancée dont il estime que toute l’industrie peut se réjouir, même si le développement de ce potentiel n’est est encore qu’à ses débuts…

En effet, malgré le franchissement de cette étape, il faudra probablement attendre de nombreuses années pour que les ordinateurs quantiques puissent être utilisés afin de résoudre des problèmes concrets. Néanmoins, une fois prêts à l’usage, ces machines de nouvelle génération auront un impact révolutionnaire dans un grand nombre de domaines tels que la cryptographie, la chimie, l’intelligence artificielle ou encore le Machine Learning…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend