ibm volume quantique double

IBM a réussi à doubler la puissance de son ordinateur quantique

Nouvelle prouesse d’IBM dans le domaine de l’informatique quantique. La firme américaine est parvenue à doubler la puissance de son ordinateur quantique Raleigh pour atteindre un volume quantique de 64…

Pour mesurer la puissance d’un ordinateur quantique, il ne suffit pas de compter leur nombre de  » qubits « . Afin d’estimer son véritable potentiel, on détermine la complexité maximale d’un problème qu’il est capable de résoudre grâce à sa capacité de calcul. Il s’agit du  » volume quantique « .

En janvier 2020, IBM s’illustrait en parvenant à atteindre un volume quantique de 32 grâce à son ordinateur Raleigh à 28 qubits. Toutefois, il ne s’agissait en réalité que d’un début.

Moins d’un an plus tard, IBM annonce avoir réussi à doubler son volume quantique pour atteindre 64. Pour parvenir à cette prouesse,  » Big Blue  » s’est focalisé sur un nouvel ensemble de techniques et d’améliorations combinant exploitant l’expertise hardware pour exécuter les circuits de volume quantique de façon optimale.

Cette nouvelle méthode, extensible, va également permettre d’améliorer n’importe quel circuit quantique exécuté sur le système quantique de la firme. Cet ensemble de techniques sera prochainement accessible par le biais des services IBM Cloud et du SDK open source Qiskit.

IBM se rapproche peu à peu de  » l’Avantage Quantique « 

Dans un billet publié sur son blog, le vice-président d’IBM Quantum, Jay Gambetta, affirme que cette approche  » full-stack  » va permettre de repousser les limites du système afin d’exécuter des circuits quantiques plus larges et plus complexes et ainsi se rapprocher du fameux  » Avantage Quantique « .

Elle va également permettre une vague d’innovation par le biais du développement de nouvelles applications, mais aussi d’algorithmes et de circuits compatibles avec  » la plus large et la plus puissante flotte de hardware quantique de l’industrie « .

Rappelons en effet qu’IBM a conçu 28 ordinateurs quantiques au fil des quatre dernières années, dont huit systèmes atteignent un volume quantique de 32. Néanmoins, le colosse américain n’est pas le premier à avoir atteint un volume quantique de 64. Auparavant, Honeywell y est parvenu en juin 2020