Accueil > Intelligence artificielle > Intelligence artificielle : la France possède enfin son superordinateur
superordinateur jean zay france

Intelligence artificielle : la France possède enfin son superordinateur

La France possède désormais son propre superordinateur, baptisé Jean Zay. Grâce à ce système, la puissance de calcul de la France vient de doubler. Les chercheurs en intelligence artificielle vont donc pouvoir rivaliser avec ceux d’autres grandes puissances telles que le Etats-Unis, la Chine, l’Allemagne ou la Suisse…

Depuis de nombreuses années, les GAFAM se sont équipés de superordinateurs dédiés à l’intelligence artificielle. C’est par exemple cette puissance de calcul phénoménale qui a permis à Google DeepMind de créer l’IA AlphaGo qui a triomphé du champion du monde de Go en 2016.

Les Etats-Unis et la Chine possèdent eux aussi plusieurs supercalculateurs, au même titre que le Japon, l’Allemagne ou la Suisse dont les machines respectives se sont frayées une place dans le top 10 des supercomputers. En revanche, en France, nous étions jusqu’à présent dépourvu d’un tel système.

Comme l’explique Jamal Atif, chercheur au CNRS, la France était donc bloquée  » dans les temps anciens « . Sans cette puissance de calcul, les chercheurs français étaient extrêmement désavantagés dans le domaine de l’IA où la concurrence fait rage.

Pour cause, pour apprendre à effectuer une tâche, un algorithme de Machine Learning a besoin d’ingérer d’immenses volumes de données en guise d’exemples. Or, le traitement de ces données requiert une puissance de calcul colossale. Il en va de même pour tester les algorithmes ou pour en créer de nouveaux.

Intelligence artificielle : un supercalculateur à 25 millions d’euros double la puissance de calcul française

Afin de rattraper son retard sur les autres grandes puissance, la France s’est enfin dotée de son propre superordinateur d’une valeur de 25 millions d’euros. Dénommée  » Jean Zay « , cette machine offre une puissance de calcul maximale de 16 pétaflops, soit 16 millions de milliards d’opérations par seconde. Cette capacité équivaut à celle de 40 000 ordinateurs personnels.

Ainsi, la puissance de calcul française est désormais doublée suite à l’inauguration de la machine le vendredi 17 janvier 2020. Le système se compose d’une quarantaines d’armoires noires, dissimulant processeurs, GPU et disques de stockage, entreposées dans une grande salle au centre de calcul Idris du CNRS sur le plateau de Saclay en Ile de France.

Rappelons que la France peut se targuer de former les meilleurs chercheurs au monde en intelligence artificielle. Les laboratoires IA de grandes entreprises comme Facebook, Samsung ou Microsoft sont dirigés par des Français. En revanche, l’absence de supercalculateur sur le territoire était un grand point faible dans la course à l’IA.

C’est donc une excellente nouvelle pour la communauté de chercheurs. Cependant, ce système reste très loin des plus puissants du monde. Le superordinateur le plus puissant, Summit, a été fabriqué par IBM pour le U.S. Department of Energy’s Oak Ridge National Laboratory basé dans le Tennessee, aux Etats-Unis. Grâce à ses 2,41 millions de coeurs, il offre une puissance de 148,6 petaflops soit presque dix fois celle de Jean Zay…

Parallèlement à l’IA, le superordinateur sera aussi utilisé dans les domaines tels que la climatologie, l’astrophysique, la dynamique moléculaire ou la génomique. Dans ces champs d’étude, certaines tâches requièrent là encore une puissance de calcul massive.

Le système pourra notamment servir pour la simulation de l’évolution du climat, de l’environnement solaire ou du comportement d’un virus. Pour ce type de tâches, les chercheurs pourront désormais obtenir les résultats de leurs calculs en une semaine au lieu d’un mois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend