Accueil > Intelligence artificielle > Intelligence artificielle : l’Union européenne fixe 7 principes éthiques
intelligence artificielle union européenne

Intelligence artificielle : l’Union européenne fixe 7 principes éthiques

L’Unione européenne vient de dévoiler 7 principes pour le développement éthique de l’intelligence artificielle. Les entreprises et autres organisations européennes qui créent et déploient des IA sont invitées à respecter ces principes.

Cela ne fait désormais plus aucun doute. Au fil des années à venir, l’intelligence artificielle va bouleverser la société et transformer la plupart des industries. La révolution est en marche, et il est déjà trop tard pour rebrousser chemin.

Cependant, il est plus que nécessaire de fixer des principes éthiques pour encadrer le développement de l’IA et de ses applications. Sans règles ni contraintes, l’intelligence artificielle risquerait tout bonnement de mener l’être humain à sa perte. Si les entreprises jouissent d’une liberté totale, il ne s’agira que d’une question de temps avant de voir émerger des robots tueurs ou des algorithmes conçus pour générer des Fake News sur les réseaux sociaux.

C’est la raison pour laquelle Facebook, Google ou la Stanford University ont investi dans des centres de recherche dédiés à l’IA. De même, fin 2018, la France et le Canada ont ouvert la discussion sur  » l’adoption responsable «  de l’intelligence artificielle « .

Aujourd’hui, c’est au tour de la Commission Européenne de dévoiler une liste de sept principes à suivre pour créer des intelligences artificielles  » dignes de confiance « . Ces recommandations visent principalement à protéger les groupes les plus vulnérables tels que les enfants et les personnes handicapées. Elles ont aussi pour but de protéger la confidentialité.

Intelligence artificielle : l’UE veut éviter les effets néfastes de l’IA

Le premier principe concerne le respect des droits de l’Homme. Selon l’UE, les IA doivent impérativement permettre l’égalité au sein de la société en respectant les droits de l’Homme. Elles ne doivent pas non plus réduire ou limiter l’autonomie humaine .

Selon le second principe, les algorithmes IA doivent être sécurisés, fiables et suffisamment solides pour faire face aux éventuelles erreurs et autres inconsistances tout au long du cycle de vie des systèmes IA. De même, pour préserver la confidentialité des citoyens, le troisième principe stipule que ces derniers doivent conserver le contrôle complet sur leurs données.

Le quatrième principe concerne la transparence et la traçabilité des systèmes IA, tandis que le cinquième appelle à l’accessibilité pour tous. En cinquième point, l’UE estime que les systèmes IA doivent permettre les changements positifs dans la société et le respect de l’environnement. Enfin, le dernier principe concerne la mise en place de mécanismes permettant d’asspeurer la responsabilité des créateurs de systèmes IA en cas de problèmes.

La Commission Européenne conseille aux entreprises et institutions de suivre ces principes lors du développement ou du déploiement d’une IA, mais il ne s’agit pas pour l’instant d’un règlement obligatoire. Au cours de l’été 2019, la Commission tentera d’identifier les domaines dans lesquels des recommandations additionnelles pourraient être nécessaires et de déterminer la meilleure façon d’implémenter et de vérifier ces recommandations…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend