Serbie harari allemagne israel intelligence artificielle

Intelligence artificielle : L’historien israélien Yuval Harari prédit un avenir dystopique pour l’humanité

Yuval Harari s’inquiète des progrès de l’intelligence artificielle. L’historien et penseur israélien affirme que le moment est venu pour les États de réglementer le développement de cette technologie.

Yuval Harari est l’auteur du best-seller « Sapiens : une brève histoire de l’humanité« , traduit dans plus de 50 langues et vendu à près de 14 millions d’exemplaires. Récemment, dans une interview accordée à l’émission « 60 Minutes » de CBS, l’historien a déclaré qu’il s’inquiétait des progrès spectaculaires enregistrés par la technologie de l’intelligence artificielle. Cette dernière risque, selon lui, de conduire l’humanité dans un monde dystopique.

Ce monde sera peuplé d’humains au cerveau « piraté », a-t-il averti. Des personnes dont l’esprit pourrait être complètement contrôlé par une intelligence artificielle. L’auteur s’est ensuite risqué à prédire un futur dans lequel les machines contrôleront les décisions humaines.

pcloud black friday 2022

« Pirater un être humain, c’est apprendre à connaître cette personne mieux qu’elle ne se connaît elle-même, et sur cette base, la manipuler de plus en plus », a-t-il expliqué lors de l’émission. En d’autres termes, un « humain piraté« , c’est un homme ne disposant plus entièrement de son libre arbitre.

Yuval Harari: avenir dystopique et humains “piratés” d’ici à 30 ans

Une réalité qui commence déjà à prendre forme sous nos yeux, selon l’auteur. « Netflix nous dit ce que nous devons regarder et Amazon nous dit ce que nous devons acheter ». Et l’historien d’alerter que, d’ici à 30 ans, ces algorithmes pourraient également nous dire qui épouser et pour qui voter.

Un avenir dystopique rendu possible par un accès de plus en plus grand aux données privées des particuliers et des consommateurs. Préférences culinaires, goûts musicaux, centres d’intérêt, situation amoureuse, âge, coordonnées, diplômes : les données personnelles se dévoilent facilement sur Internet. Dans une économie axée sur le numérique, elles forment la nouvelle matière première des entreprises d’intelligence artificielle.

Ces données sont extrêmement précieuses car elles permettent à des algorithmes intelligents de dresser un profil précis des consommateurs. Et partant, de leur proposer des produits et services hautement personnalisés. Selon un rapport publié en 2019 par Génération Libre, ce marché représente plus de 1 000 milliards d’euros rien qu’en Europe.

Intelligence artificielle : Réglementer son développement au niveau mondial

Harari pense également que les pays et les entreprises qui détiennent le plus de données finiront par contrôler le monde. Pour éviter un tel scénario, il estime qu’il est important de réglementer le développement de l’intelligence artificielle au niveau mondial.

« Nous avons besoin d’une coopération mondiale. Vous ne pouvez pas réguler le pouvoir explosif de l’intelligence artificielle au niveau national », a-t-il ainsi asséné au cours de son interview.

Selon Yuval Harari, la réglementation de l’intelligence artificielle devrait reposer sur trois points. Tout d’abord, les données collectées doivent servir à aider les gens, et non pour les manipuler.

Deuxièmement, les entreprises et les gouvernements doivent faire l’objet d’une surveillance lorsqu’ils collectent les données privées des individus.

Enfin, ces données ne doivent pas être centralisées en un seul endroit. Car, selon l’historien israélien, c’est la voie la plus aisée menant vers la « dictature« .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest