Les bases de données publiques : une véritable mine d’informations

Les bases de données publiques sont à la portée de tous, et représentent de véritables mines d’informations. Découvrez ce dont il s’agit et comment les exploiter.

Que vous soyez une entreprise ou un particulier, les données peuvent être d’un précieux secours. L’analyse Big Data peut par exemple accroître la précision des études de marché, et permettre de développer de nouveaux produits et services répondant à la demande des consommateurs.

Malheureusement, pour les PME et les particuliers, l’accès aux données peut être difficile. Contrairement à des géants comme Google ou Facebook, qui génèrent d’immenses volumes de données grâce aux réseaux sociaux ou aux objets connectés, une petite entreprise n’a qu’une vision limitée sur le profil de sa cible.

Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud

Heureusement, il existe des données publiques accessibles à tous et rassemblées au sein de bases de données publiques. Ces outils sont à la portée de tous, et permettent de bénéficier des nombreux avantages du Big Data.

Une base de données publique regroupe des données disponibles au public pour l’intérêt général. Les raisons peuvent être multiples : il peut s’agir d’informations du service public, ou encore de données environnementales.

Les données peuvent être des documents administratifs, des décisions, des documents de l’ONU, des fonds numérisés ou encore des archives. En règle générale, ces données sont fournies par l’État ou par une collectivité territoriale.

Dans l’Union européenne, les articles 41 et 42 de la Charte des droits fondamentaux de l’UE garantissent le droit pour tout citoyen de l’UE à accéder aux documents de la Commission, du Parlement et du Conseil européens. Tous les documents des organismes du secteur public peuvent aussi être consultés et réutilisés.

De même, en France, toutes les administrations doivent fournir l’accès à leurs données en vue d’une réutilisation en cas de demande d’un acteur public ou privé. Si cet accès est refusé, la CADA (Commission d’Accès aux documents administratifs) intervient.

Néanmoins, par souci de confidentialité, les données liées à la vie privée, à la sécurité nationale ou à des droits de propriété intellectuelle font exception. En outre, il ne faut pas confondre base de données publique et base de données libre de droits.

En s’appuyant sur les bases de données publiques, les entreprises peuvent atteindre leurs objectifs commerciaux. De même, les chercheurs peuvent se baser sur ces informations pour mener leurs recherches.

Comment exploiter les bases de données publiques pour votre projet

Il existe toutes sortes de bases de données publiques pour tous les secteurs d’activités. Certaines seront regroupées des données sur la santé et seront exploitées par les chercheurs. D’autres répertorient les données sur le marché de l’immobilier, et pourront servir aux agences ou aux particuliers à la recherche d’un logement.

En guise d’exemple, on peut citer la base de données Datadock qui recense les organismes de formation respectant 21 indicateurs qualité précis. Un organisme de formation qui parvient à se référencer au Datadock, ou à la nouvelle certification RNQ QUALIOPI, s’ouvre de nombreuses portes.

Cette base de données publique peut donc être très utile pour si vous comptez créer un organisme de formation, ou si vous cherchez à devenir formateur. On peut aussi y consulter le bilan pédagogique et financier d’un organisme, et son numéro de déclaration d’activité.

Dans tous les secteurs d’activité, les bases de données publiques peuvent donc se révéler très utiles. Elles peuvent servir aux chercheurs, aux entreprises pour leurs études de marché, ou même aux particuliers afin d’appuyer leurs recherches sur internet. Il s’agit donc d’un exemple supplémentaire des opportunités offertes par le Big Data…