malwares ChatGPT

Les malwares déguisés en ChatGPT explosent sur Facebook : comment se protéger ?

 

Les récents rapports de sécurité ont révélé une augmentation inquiétante des malwares se faisant passer pour sur . Cette situation met en lumière l'importance cruciale de se protéger contre les cybermenaces. 

Les utilisateurs de Facebook sont de plus en plus vulnérables à ces cybermenaces qui se cachent derrière des identités apparemment légitimes. Ces malwares peuvent affecter les appareils des utilisateurs, voler des données personnelles et sensibles, ou encore extorquer de l'argent. 

Des malwares se faisant passer pour ChatGPT envahissent Facebook

Les chatbots dotés d'intelligence artificielle générative attirent de plus en plus l'attention du grand public. Cependant, la popularité de cette technologie a également suscité l'intérêt des cybercriminels. Ces derniers qui en profitent pour diffuser des programmes malveillants sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram et WhatsApp. Ils utilisent des leurres liés au thème de ChatGPT pour tromper les utilisateurs. , la société mère de Facebook, a publié un rapport signalant une augmentation des programmes malveillants se faisant passer pour ChatGPT sur ses plateformes. 

Depuis mars 2023, l'équipe de sécurité de Meta a identifié dix familles de programmes malveillants qui utilisent ChatGPT ou des thèmes similaires. Ces extensions ont été promues sur les réseaux sociaux. De plus, les résultats de recherche sponsorisés incitent les internautes à télécharger des logiciels malveillants. Cette méthode est adoptée par les pirates informatiques pour essayer de compromettre les entreprises qui ont accès aux comptes publicitaires de Facebook, selon Meta.

Meta réagit rapidement pour contrer le malware NodeStealer sur Facebook

Face à cette menace, Meta a réagi rapidement en signalant le programme malveillant. L'entreprise a demandé le retrait des domaines et des fournisseurs d'hébergement ayant facilité sa distribution. Selon les enquêteurs, les attaquants vietnamiens seraient à l'origine de NodeStealer. Les mesures prises ont permis de neutraliser le logiciel malveillant, et ce, depuis le 27 février dernier. Par contre, aucun nouveau cas de NodeStealer n'a été signalé. 

Pour aider les professionnels à contrer les attaques de virus informatique, Meta a mis à jour ses fonctionnalités. Ils ont ajouté un nouvel outil d'assistance pour identifier et supprimer les logiciels malveillants. De plus, de nouveaux dispositifs de contrôle ont été ajoutés pour les comptes professionnels. Cette amélioration a été faite afin de gérer et limiter les personnes ayant accès au compte administrateur. Par ailleurs, pour renforcer la sécurité, la société prévoit de lancer les comptes Facebook at Work cette année. 

Méfiez-vous des malwares qui se font passer pour ChatGPT

Il est envisageable que des logiciels malveillants se fassent passer pour ChatGPT, un modèle de langage développé par , dans le but de s'emparer d'informations sensibles comme des données bancaires, des identifiants de connexion et des informations personnelles.

Ces malwares camouflés en ChatGPT peuvent prendre diverses formes. Celles-ci peuvent être des programmes malveillants qui simulent l'apparence de l'interface de ChatGPT ou encore des logiciels nuisibles qui se propagent via des liens malveillants qui prétendent diriger vers ChatGPT.

Afin d'éviter de se faire piéger par ces malwares, il est crucial de prendre des précautions de sécurité. Pour cela, il faut utiliser un logiciel antivirus fiable et à jour, vérifier l'origine des liens avant de les cliquer et d'installer des logiciels provenant de sources fiables.

https://youtu.be/ZrQfkMeDp3Q

Restez à la pointe de l'information avec LEBIGDATA.FR !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et rejoignez-nous sur Google Actualités pour garder une longueur d'avance.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *