Le Pôle Emploi de ce pays utilise ChatGPT, les femmes prennent très cher

Le Pôle Emploi de ce pays utilise ChatGPT, les femmes prennent très cher

Le Pôle Emploi autrichien a intégré ChatGPT à son service, espérant rationaliser le travail des professionnels des ressources humaines et optimiser le processus de recrutement. Malheureusement, le chatbot fait actuellement l’objet de vives critiques en raison de préjugés perçus contre les femmes.

Pôle Emploi : adopter ChatGPT pour soutenir consultants et conseillers

Fin janvier, l’Arbeitsmarktservice Österreich ou AMS, le Pôle Emploi autrichien, déploie une nouvelle plateforme alimentée par l’IA. Le nouvel outil  est décrit comme une technologie avancée d’IA, alimentée par ChatGPT, conçue pour accroître l’efficacité de l’aide fournie aux demandeurs d’emploi

Le système apporte un soutien aux consultants et aux conseillers de l’AMS en plus d’aider les personnes en recherche d’un emploi, explique Petra Draxl, co-directrice de l’agence. Le logiciel a été développé par l’AMS en collaboration avec le Federal Computing Center et Goodguys, une société locale spécialisée dans l’intelligence artificielle.

Le Pôle Emploi de ce pays utilise ChatGPT, les femmes prennent très cher

La plateforme utilise une combinaison de ressources, selon les responsables. Le Pôle Emploi autrichien fournit en l’occurrence à l’IA ses propres informations sur les professions et le marché du travail, enrichies par les connaissances de ChatGPT-4 sur n’importe quel domaine.

Johannes Kopf, le patron de l’AMS, a souligné le potentiel de l’IA à apporter un soutien ciblé à ceux qui en ont le plus besoin. Cela permet de mieux connecter les chômeurs avec les employeurs qui leur correspondent le mieux. Ce qui aboutira in fine à un marché du travail plus efficace pour les deux parties, explique-t-il.

Un outil biaisé qui discrimine les femmes

Les utilisateurs pointe du doigt la nouvelle plateforme d’IA de l’AMS, attaquée pour discrimination à l’égard des femmes. Preuves à l’appui (relayées par Der Standard), ils soutiennent que la plateforme ne propose aux femmes que des emplois mal payés. Du moins, des emplois moins lucratifs que ceux proposés aux hommes.

Selon le quotidien autricien Der Standard, l’outil oriente apparemment les femmes vers des secteurs généralement moins bien payés, comme les postes d’infirmières et des emplois dans le secteur de l’hôtellerie. Le chatbot a même suggéré aux femmes de suivre des études de genre (étude des rapports sociaux entre les sexes).

Pourtant, un homme possédant les mêmes qualifications est orienté vers des emplois technologiques lucratifs, rapporte Der Standard. Kopf a reconnu que l’agence était au fait de ces biais de l’outil, ajoutant qu’elle acceptait le « défi » d’améliorer la plateforme d’IA.

Les codes du chatbot (écrit par une IA selon Mario Zechner, un développeur allemand qui a analysé l’outil), les données de formation et les résultats fournis par cet outil du Pôle Emploi autrichien alimenté par ChatGPT, sont actuellement en cours de vérification, conclut le directeur de l’agence.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *