semi-conducteur superatomique

Voici le premier semi-conducteur superatomique : une révolution pour l’électronique ?

Est-ce possible de trouver un élément plus puissant que le silicium ? En effet, cette hypothèse tient la route, avec la découverte d’un semi-conducteur superatomique. Cette étude pourrait être l’innovation majeure du monde de l’électronique.

Le silicium est un des piliers des puces électroniques. Ce minerai, connu comme un conducteur efficace, est présent dans vos appareils technologiques. Sa performance lui a déjà valu une place importante dans le secteur. Cependant, des chercheurs de l’Université de Columbia ont découvert un semi-conducteur superatomique. Selon ces spécialistes, ce nouveau matériau pourra améliorer l’efficacité des puces électroniques.

Une innovation nécessaire pour la planète

Les puces électroniques sont les fondamentaux de nos ordinateurs, smartphones, et autres objets connectés. Leur performance repose avant tout sur le silicium, un des minerais les plus demandés sur le marché. Le télétravail, et les avancées technologiques ont influencé cette tendance.

Le nouveau semi-conducteur superatomique pourrait alors améliorer l’exploit de ces puces. En effet, il accélère la résolution des tâches complexes, les calculs des processeurs, et même la communication. En d’autres mots, cet élément sera l’allié des innovations technologiques d’ici quelques années. C’est d’ailleurs l’objectif des chercheurs dans leur étude publiée le 26 octobre dernier. Mais il faut d’abord passer outre les problèmes de production.

Une composition d’atome pour une puissance absolue

Les chercheurs ont décidé de nommer leur découverte : Re6Se8Cl2. Cette dénomination semble originale. En effet, c’est l’association des atomes qui forme l’élément en question. Re6Se8Cl2, le fameux semi-conducteur superatomique est alors composé de rhénium, de sélénium et de chlore. Cette association est nommée « superatome ».

Sa performance repose avant tout sur sa capacité à lier les autres particules. Effectivement, les photons ne vont pas se disperser tout au long du processus. Il y aura donc peu de perte d’énergie avec cette innovation. L’élément est réputé pour sa vitesse extraordinaire. Selon les chercheurs, il pourrait largement dépasser les ordinateurs les plus compétitifs actuellement.

« Dans le cas d’un processeur, vous pourriez atteindre des fréquences de centaines de gigahertz, voire l’ordre du térahertz » Milan Delon, directeur de l’étude, Université de Columbia.

La performance est toujours appréciable sur les autres appareils. En moyenne, les puces électroniques boostées au Re6Se8Cl2 sont 6 fois plus rapides que les versions actuelles.

Mais la performance à un prix

À court terme, le semi-conducteur superatomique ne sera pas à disposition du grand public. En effet, le rhénium est très rare, et très difficile à produire. Logiquement, le coût est très élevé. La commercialisation de ces puces ne sera pas envisageable d’ici quelques années.

Toutefois, les chercheurs peuvent exploiter leur découverte d’une autre manière. La vitesse extraordinaire de ce matériau pourra améliorer les méthodes d’analyses dans différents domaines scientifiques. L’aérospatiale pourra perfectionner leurs machines. De leur côté, le monde de la physique aura la possibilité de concevoir des ordinateurs quantiques surpuissants.

Par ailleurs, certains scientifiques vont tenter de résoudre ce problème de commercialisation. Ils vont essayer de trouver un élément moins cher pour remplacer le rhénium. Et cette expérience pourrait avoir des résultats favorables. Effectivement, il existe plusieurs éléments qui peuvent avoir des  performances similaires à celles du rhénium.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *