Accueil > Sécurité > RGPD > RGPD : les smartphones Nokia accusés d’envoyer des données en Chine
rgpd nokia chine

RGPD : les smartphones Nokia accusés d’envoyer des données en Chine

La chaîne de télévision norvégienne NRK a découvert que les smartphones Nokia envoient des données vers la Chine. L’autorité de protection des données finlandaise ouvre en enquête pour déterminer si le constructeur HMD Global a enfreint le RGPD. 

En 2016, la startup finlandaise HMD Global signait un accord avec Microsoft pour obtenir les droits de la marque Nokia pendant 10 ans. Depuis lors, Nokia a fait son grand retour sur le marché du mobile avec un large éventail de smartphones de qualité et une version modernisée de son célèbre 3310.

Les fans de Nokia, qui régnait en maître sur l’industrie dans les années 90, sont ravis par ce  » come-back « . Malheureusement, la chaîne de télévision norvégienne NRK révèle aujourd’hui détenir des preuves que les téléphones Nokia envoient des données vers la Chine. Un comble, pour une entreprise européenne qui fait valoir son respect de la confidentialité comme un atout par rapport aux constructeurs asiatiques.

La chaîne NRK a découvert le pot aux roses grâce à un Norvégien du nom d’Henrik Austad. En surveillant le trafic de son smartphone Nokia 7, ce dernier s’est aperçu que l’appareil envoyait des informations non chiffrées vers un serveur chinois dès lors qu’il était allumé. Parmi les données transférées, on compterait notamment la position GPS, le numéro de carte SIM et le numéro de série du téléphone.

RGPD : la Finlande ouvre une enquête sur Nokia

Suite à ce  » tuyau « , NRK a mené sa propre enquête. Le broadcaster scandinave a découvert que les données sont transmises vers des serveurs sous le nom de domaine  » vnet.cn « . Or, ce nom de domaine appartient à l’entreprise China Telecom, détenue par le gouvernement chinois

L’autorité de protection des données personnelles finlandaise a immédiatement réagi à cette révélation. Interrogé par Reuters, le médiateur Reijo Aarnio a annoncé l’ouverture d’une enquête. L’objectif est de déterminer si des données personnelles ont été envoyées, et si une explication légale peut être fournie.

En effet, Aarnios estime qu’il est fort possible que HMD Global ait enfreint le RGPD en vigueur dans l’UE depuis mai 2018. Si tel est le cas, l’entreprise finlandaise risque de se voir infliger une très lourde amende pouvant atteindre 4% de son chiffre d’affaires mondial. Pour rappel, en janvier 2019, la France a infligé à Google une amende de 50 millions d’euros pour violation du RPGD.

De son côté, HMD Global a admis auprès de NRK qu’un lot de Nokia 7 ont envoyé des données en Chine. Cependant, l’entreprise assure qu’il s’agissait d’une  » erreur  » corrigée en janvier 2019 par une mise à jour logicielle installée par la plupart des usagers. En outre, la firme promet que les smartphones n’ont envoyé aucune donnée personnelle permettant d’identifier leurs utilisateurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend