insuffisance cardiaque intelligence artificielle

Royaume-Uni : L’intelligence artificielle au service du dépistage précoce de l’insuffisance cardiaque

Des chercheurs du National Heart and Lung Institute (NHLI) et du Centre for Cardiac Engineering de l’Imperial College ont réalisé la toute première étude au Royaume-Uni visant à évaluer une technologie d’intelligence artificielle (IA) pour la détection de l’insuffisance cardiaque. 

Leur algorithme d’IA détermine en moins de vingt secondes si l’action de pompage du cœur humain est affaiblie, permettant ainsi de fournir un diagnostic quasi-instantané d’insuffisance cardiaque sur un malade.

L’insuffisance cardiaque détectée avec une très grande précision

Les résultats obtenus sont plus que prometteurs : l’algorithme présente une sensibilité de 91 % et une spécificité de 80 % en matière de détection des insuffisances cardiaques. Ces scores signifient que l’IA est capable d’identifier les patients qui souffrent effectivement d’insuffisance cardiaque de ceux qui n’ont pas ce problème, et ce avec une très grande précision.

« Cet outil a le potentiel de faire gagner du temps et de l’argent au NHS (National Health Service, le système britannique de santé publique) et de débloquer de grands avantages pour les patients grâce à un diagnostic plus précoce et un début de traitement plus rapide et plus efficace », a déclaré le Dr Patrik Bachtiger, auteur principal de l’étude et chercheur en santé numérique au NHLI.

Selon M. Bachtiger, les tests couramment utilisés pour diagnostiquer l’insuffisance cardiaque manquent cruellement leur objectif. « Le parcours clinique actuel passe tout simplement à côté de trop de patients, qui ne sont diagnostiqués que lorsqu’ils sont très malades », a-t-il déclaré.

L’intelligence artificielle au service d’une médecine moins onéreuse et de qualité 

Le diagnostic précoce est un facteur important pour l’efficacité du traitement de l’insuffisance cardiaque. Elle améliore la qualité de vie des patients et leurs chances de survie. Selon les experts, l’absence d’outils efficaces permettant aux médecins généralistes de confirmer ou d’exclure une insuffisance cardiaque entraîne un diagnostic tardif, des coûts nettement plus élevés pour le NHS et un décès prématuré dans 80 % des cas.

« Cet outil d’intelligence artificielle constitue une percée car notre étude montre que les médecins généralistes peuvent l’utiliser d’une manière adaptée à leur façon d’examiner les patients pour exclure ou confirmer de manière fiable une insuffisance cardiaque », a par ailleurs déclaré le professeur Nicholas Peters, l’un des co-auteurs de l’étude.

« Il en résultera un diagnostic et un traitement plus précoces, un évitement des examens inutiles et coûteux sur les personnes non atteintes d’insuffisance cardiaque, et donc des soins de santé de meilleure qualité et plus rentables », a-t-il ajouté.

« Cette étude jette les bases du déploiement de ce programme d’IA en vue de libérer les avantages cliniques et économiques du diagnostic précoce. Nous allons démarrer bientôt une étude pour prouver l’étendue de cet avantage au niveau des cabinets de médecins généralistes urbains et ruraux situés au Royaume-Uni, en vue d’accélérer son adoption à grande échelle », a par ailleurs assuré M. Peters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest