Le Royaume-Uni veut devenir une superpuissance IA

Royaume-Uni : un plan sur 10 ans pour devenir une superpuissance IA

Le gouvernement britannique a publié son plan décennal visant à faire du pays une superpuissance mondiale de l’intelligence artificielle. Le Royaume-Uni cherche à rivaliser avec les États-Unis et la Chine.

Stimuler l’utilisation de l’IA parmi les entreprises du pays

Cette stratégie nationale d’intelligence artificielle est conçue pour stimuler l’utilisation de l’IA parmi les entreprises du pays, mais pas seulement. Le plan prévoit également d’attirer des investissements internationaux dans des sociétés britanniques d’IA et développer la prochaine génération de talents technologiques locaux. Cette stratégie nationale d’IA comprend un certain nombre de programmes, de rapports et d’initiatives. Un nouveau programme national de recherche et d’innovation en IA par exemple sera lancé dans le cadre d’un effort visant à améliorer la coordination et la collaboration entre les chercheurs du pays.

Un autre visera spécifiquement à soutenir le développement de l’IA en dehors de Londres et du sud-est de l’Angleterre, où se concentre actuellement une grande partie des efforts d’IA du pays. Pour les industries comme l’énergie et l’agriculture qui ne tirent pas encore pleinement parti de l’IA, le gouvernement déclare pouvoir allouer plus d’investissements et de ressources. Il y aura également un examen de la disponibilité et de la capacité de la puissance de calcul pour les chercheurs et les organisations britanniques. Par ailleurs, une consultation sur les droits d’auteur et les brevets pour l’IA visera à évaluer si le Royaume-Uni capitalise sur les idées.

les différentes réactions au plan

Le Royaume-Uni veut devenir une superpuissance IA

Un chercheur en IA d’une entreprise Big Tech se pose des questions. Le gouvernement facilitera-t-il l’intégration des meilleurs doctorants, post-doctorants et jeunes professeurs dans nos universités ? Actuellement, ils ne le sont pas. Y aura-t-il une plus grande pression pour financer de manière concurrentielle les universités publiques afin de conserver ou d’acquérir des professeurs de haut niveau à tous les niveaux d’ancienneté ? Y aura-t-il une fiscalité plus clémente pour les bas revenus, comme le sont souvent les personnes impliquées dans les spin-outs et les start-ups, pendant quelques années ? Actuellement, c’est juste devenu plus cher avec la hausse de l’IA.

Au cours des dernières années, il  semble que le gouvernement ait fait plus pour détruire ce qui fait du Royaume-Uni un siège attrayant pour la recherche et l’entrepreneuriat au lieu de l’encourager. Nathan Benaich, un investisseur en capital-risque chez Air Street Capital, dit pour sa part être optimiste. Le plan, dit-il, pourrait activer le potentiel de l’IA du Royaume-Uni. Seb Krier, chercheur principal en politiques au centre de recherche Stanford Cyber, a déclaré qu’il y avait des aspects très prometteurs dans la stratégie nationale d’IA. Lila Ibrahim, directrice de l’exploitation de DeepMind, a quant à elle déclaré qu’il était bon de voir un accent clair sur une gouvernance efficace de la technologie, ajoutant qu’il est essentiel de gagner la confiance du public et des entreprises dans l’IA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest