Tesla a créé le cinquième superordinateur le plus puissant du monde

Le mois dernier, Tesla a renoncé à la poursuite de son projet de capteur radar. Un peu plus tard, il décide de se lancer dans un système basé sur une caméra à l’intérieur de ses voitures « Model Y » et « Model 3 »

Lors de l’événement Computer Vision and Pattern Recognition Conference 2021, Andrej Karpathy, directeur responsable de l’IA de Testa a annoncé le déploiement d’un supercalculateur. En termes de FLOPS c’est-à-dire le nombre d’opérations en virgule flottante par seconde, celui-ci serait le cinquième supercalculateur le plus puissant jamais créé.

Quels sont les projets de Tesla pour son superordinateur ?

Cet équipement sera utilisé à l’extérieur des automobiles afin de concevoir le fameux logiciel d’auto-conduite Tesla. Pour être plus précis, il contribuera à former le pilote automatique de la marque ainsi que son IA FSD ou Full Self Driving. En parallèle, l’entreprise californienne a besoin de machines puissantes afin de l’exécuter à l’intérieur de ses véhicules électriques.

Andrej Karpathy déclare que cette « vision par ordinateur » serait « le pain et le beurre » des activités Tesla.  Cela permet, par la même occasion, au pilote automatique de bien fonctionner. D’après lui, nous nous confrontons actuellement à un besoin massif de données que l’on obtient grâce à la flotte. Etant donné que Tesla investit beaucoup dans l’informatique, la formation de réseaux neuronaux massifs est nécessaire.

Soulignons que ces réseaux de neurones alimentent le logiciel de conduite autonome Tesla de plus de 1,5 pétaoctet de données 4D. Ces dernières se constituent de vidéos provenant des caméras aménagées à l’intérieur des automobiles. Elles seront, par la suite, exploitées en vue d’entraîner le logiciel, de sorte à ce qu’il puisse naviguer de manière autonome par le biais des caméras et radars.

Cependant, en mai, l’entreprise américaine renonce au radar. Elle décide de se recentrer sur les caméras de ses « Model 3 » et « Model Y ».

Quelles sont les spécificités du supercalculateur Dojo ?

Le projet de supercalculateur n’est pas récent. En 2020, Elon Musk lâche lors d’un tweet : « Tesla développe un ordinateur d’entraînement NN appelé Dojo pour traiter de très grandes quantités de données vidéo. C’est une bête ! Veuillez envisager de rejoindre nos équipes d’IA ou d’ordinateurs/puces si cela semble intéressant ».

Cela laisse dire que la société se lance dans la course du supercalculateur le plus rapide au monde. On notera toutefois que le superordinateur du Japon surpasse celui de Tesla, avec une rapidité de 415 pétaflops.

En ce qui concerne Dojo, sa capacité de 1000 pétaFLOP permettra de réaliser des niveaux d’entraînement non supervisé conséquents sur les données vidéos. Celui-ci sera mis en avant dans le système central Tesla et contribuera à la formation de son IA autonome. Le superordinateur arbore 640 Tbps de capacité de commutation totale, 720 nœuds de 8xA100 80 Go, 10 Po de stockage NVME à 1,6 TBps et enfin 1,8 EFLOPS.

L’exploitation de Dojo sera, d’après Musk, accessible à tous ceux qui souhaitent former des réseaux de neurones.

Pin It on Pinterest