toyota robots ménage

Toyota crée des robots capables de faire le ménage chez vous grâce à l’IA

Le Toyota Research Institute développe des robots domestiques capables de faire le ménage et les corvées dans une maison ou un appartement grâce à l’intelligence artificielle. Une visite virtuelle des laboratoires a permis de découvrir plusieurs prototypes bluffants…

Pour les robots, travailler dans l’environnement structuré d’un entrepôt en effectuant des tâches répétitives est aisé. En revanche, faire le ménage et les corvées dans le chaos relatif d’une maison ou un d’un appartement est une tout autre paire de manches…

Le défi que se sont lancé les chercheurs du Toyota Research Institute (TRI) est de créer une nouvelle génération de robots domestiques et de les entraîner à l’entretien d’un logement grâce à l’intelligence artificielle.

Pour atteindre leur objectif, les chercheurs de Toyota ont adopté une philosophie typiquement japonaise. L’équipe a fait le choix de prioriser l’expérience utilisateur, d’adopter un design centré sur l’humain.

Les scientifiques s’en sont remis au concept  » ikigai « , selon lequel la vie de chaque personne doit avoir un véritable but et un sens profond. Ainsi, plutôt que d’élaborer un robot généraliste et excessivement versatile, l’institut cherche à créer divers robots capables d’effectuer les tâches devenues trop complexes pour les personnes âgées.

Pour déterminer la meilleure façon d’envisager les robots domestiques, les chercheurs du TRI ont aussi adopté la technique de recherche  » genchi genbustu  » qui peut être traduite par  » va voir par toi-même « .

Avant le début de la crise du COVID-19, les experts ont visité des maisons de particuliers à travers le Japon pour tenter de comprendre à quelles difficultés sont confrontés les personnes âgées et leurs aidants. Le but était d’identifier avec précision les tâches pour lesquelles ces personnes souhaiteraient l’aide d’un robot.

Selon Steffi Paepcke, la senior user experience leader de l’institut, l’objectif du projet est d’amplifier les capacités humaines tout en permettant aux gens de continuer à effectuer les tâches et activités qu’ils trouvent plaisantes et sensées. À ses yeux,  » un robot cuisinier entièrement automatisé pourrait être utile physiquement mais nuisible émotionnellement « .

Ces visites ont notamment permis aux chercheurs de comprendre qu’il n’y a généralement pas suffisamment de place sur le sol d’une maison pour permettre à un robot de se déplacer. Ils ont donc décidé de conférer à leurs robots domestiques la capacité de se déplacer au plafond.

Pour apprendre aux robots à faire le ménage, les chercheurs ont utilisé la réalité virtuelle. Dans un premier temps, un chercheur a effectué une tâche dans la VR pour apprendre au robot à en faire de même.

Toyota offre une visite virtuelle des laboratoires de son institut de recherche

Grâce à ces approches innovantes, le résultat du projet est tout simplement bluffant. Cette semaine, plusieurs journalistes ont été conviés par Gill Pratt, le CEO du TRI, à une visite virtuelle des laboratoires de l’institut.

Ils ont notamment pu découvrir l’un des prototypes élaborés par les chercheurs de Toyota. Ce robot s’apparente à une grue qui se déploie depuis le plafond pour aider à faire le ménage. Un autre modèle, posé au sol, ressemble à une mante religieuse perchée sur une boîte.

Cependant, selon le vice-président à la robotique du TRI, Max Bajracharya, ces prototypes ont pour but principal d’accélérer la recherche. Ils ne seront pas commercialisés sous forme de produits.

Dans un autre laboratoire, situé sur le campus du TRI à Cambridge, de nombreux robots s’entraînent nettoyer des montagnes de vaisselle sale. Le but est de les entraîner à placer les assiettes et les couverts dans le lave-vaisselle tout en jetant les déchets.

toyota robots vaisselle

Des caméras transmettent leurs données aux algorithmes de Deep Learning pour permettre aux robots de comprendre ce qu’ils voient. Le défi est de parvenir à fournir assez de données à un robot pour qu’il puisse faire face à une situation inédite.

De nombreux défis restent à relever avant de pouvoir commercialiser des robots domestiques. Il est par exemple nécessaire d’apprendre aux machines à distinguer différentes surfaces telles que le bois, le verre et le plastique.

En outre, selon Jeremy Ma, qui dirige l’équipe Robotics Fleet Learning de l’institut, il est nécessaire de permettre aux robots d’apprendre rapidement les uns des autres. L’idée du  » fleet learning  » (apprentissage de flotte) serait de permettre à un robot de partager les compétences qu’il acquiert avec les autres.

Toyota est résolument tournée vers le futur, et cherche à mettre la robotique et l’intelligence artificielle au service de l’humain. Lors du CES de janvier 2020, la firme japonaise dévoilait sa propre smart city située au pid du Mont Fuji, la Woven City, où seront d’ailleurs testés les produits et services développés par le TRI…