L’univers ralentit de plus en plus, et les scientifiques s’inquiètent

L’univers ralentit de plus en plus, et les scientifiques s’inquiètent

De récentes données suggèrent que l’univers ralentit de plus en plus. L’évolution de la structure de l’Univers à grande échelle se déroule donc à un rythme considérablement plus lent. Et cela par rapport à ce qui les scientifiques ont anticipé. Ce qui pourrait remettre en question nos modèles cosmologiques actuels.

L’évolution de l’Univers est principalement influencée par deux forces en opposition : l’énergie sombre et la gravité. La première force pousse l’ensemble de l’univers à s’étendre. La gravité, de son côté, a pour objectif de rassembler la matière. Selon le modèle prédominant, connu sous le nom de modèle ACDM, cela devrait se traduire par une augmentation progressive de la densité du réseau cosmique de galaxies. PAr contre, les les vides cosmiques vont se dilater.

L’univers ralenti, la croissance cosmique également

Dans une étude publiée dans la revue Physical Review Letters, Nhat-Minh Nguyen, chercheur à l’université du Michigan, en collaboration avec ses collègues, a mené une comparaison entre la structure de l’Univers à ses débuts et son état actuel. L’étude tient principalement ses origines des relevés galactiques. Ils ont observé un ralentissement de la croissance de l’Univers qui était inattendu.

Nguyen explique : « les données recueillies par des instruments d’observation de l’Univers à différentes époques et échelles convergent toutes vers la même conclusion. À savoir un développement de l’Univers nettement plus lent que ce que prévoit le modèle standard. »

D’après l’équipe de chercheurs, la disparité constatée, atteignant 3,7 sigmas, par rapport au modèle ACDM, suggère qu’il y a une probabilité d’une chance sur 4 600 que de telles données se manifestent par pur hasard statistique. Et cela si le modèle standard décrivait de manière précise le cosmos.

La solution adoptée semble insuffisante contre le ralentissement de l’univers

À l’heure actuelle, l’origine de ce ralentissement apparent restent encore un mystère. De même pour la manière dont le modèle ACDM devrait être adapté pour en rendre compte. Cependant, il semble que l’ajout simple d’énergie sombre ne soit pas une solution suffisante.

Toujours d’après Nguyen, une révision potentielle pourrait impliquer l’introduction de nouvelles particules ou interactions. C’est-à-dire de nouvelles forces, potentiellement entre les particules de matière noire.

Par conséquent, si la matière noire présente des interactions ou des modes de désintégration différents de ce qui était initialement envisagé, cela pourrait fournir une explication plausible pour les mesures que Nguyen et son équipe avaient observées. Toutefois, ils auront besoin de nouvelles observations pour confirmer cette hypothèse sur le ralentissement de l’univers qui est considéré comme un ordinateur quantque.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *