Allowlist : une mesure de sécurité efficace pour tous

Un système d’approbation efficace est de mise pour sécuriser l’accès à un réseau quelconque. L’Allowlist est un des incontournables pour arriver à cet objectif.

La protection des données est primordiale pour tous les serveurs. En effet, une simple intrusion peut engendrer des dégâts irréversibles. Et c’est un enjeu de taille pour les entreprises, mais aussi pour certains particuliers. Les professionnels de la cybersécurité ont alors mis en place l’allowlist. C’est une technique efficace pour filtrer l’accès à un réseau en particulier. Comme son nom l’indique, seuls les utilisateurs sur la liste peuvent passer la barrière de sécurité.

Allowlist : qu’est-ce que c’est ?

Endiguer la menace à sa source. C’est l’objectif principal de l’allowlist (liste blanche). Cette technique va barrer les opérations non autorisées, empêchant leur accès à un réseau.

L’allowlist identifie alors les fichiers, les activités, et les autres processus avant de prendre une décision. Les menaces sont bloquées, et examinées par les administrateurs informatiques.

Et cette innovation est très efficace. En effet, la menace n’aura pas le temps de se propager au sein du réseau en question.

Cependant, il existe des systèmes d’allowlist automatique. Ici, une intelligence artificielle analyse les opérations, et immobilise les menaces en se basant sur la politique de protection. Les grandes entreprises exploitent cette méthode, car elle est très rapide à mettre en place.

À noter que ce système de sécurité prend en charge les adresses mail, les IP, les noms de domaines, et les applications. Il protège contre les piratages informatiques, mais aussi contre les contenus inappropriés sur internet.

allowlist

Comment ça marche ?

Comme tous les dispositifs de surveillance, l’allowlist part d’une politique de protection détaillée. Cette dernière est rédigée par un administrateur informatique, ou par le service de cybersécurité d’une entreprise.

Le responsable compile une liste de base qu’il étend à un réseau, à un serveur, à une application, ou à un logiciel. L’analyse des activités se fonde ensuite sur cet allowlist. Certaines requêtes seront autorisées par le système de sécurité, d’autres vont être bloquées.

En général, les logiciels, les codes malveillants, et les ransomwares sont directement refusés. Les menaces qui peuvent provoquer une divulgation de documents confidentiels connaîtront aussi le même sort. Certaines activités inhabituelles, qui ne respectent pas la politique de sécurité, sont restreintes. L’administrateur informatique va ensuite les examiner avant de prendre une décision.

Cependant, les spécialistes de la cybersécurité doivent améliorer constamment l’allowlist. Effectivement, les techniques des hackers sont de plus en plus sophistiquées. Une liste blanche à jour est alors un des éléments essentiels pour renforcer la protection des données. Par ailleurs, certains professionnels recommandent la catégorisation des informations sur la liste. Cette technique facilite le tri et les mises à jour à l’avenir.

Allowlist et liste de blocage (blacklist) : quelle est la mesure la plus efficace ?

Ces deux systèmes de sécurité ont les mêmes objectifs. En effet, ils endiguent la menace à sa source. Toutefois, leurs modes de fonctionnement sont tout à fait différents.

Une blacklist approuve avant tout les accès à un réseau, sauf ceux inscrits sur sa base de données. En revanche, l’allowlist bloque toutes les activités, à l’exception de celles qui sont autorisées dans ses datas. Mais dans tous les cas, ces mesures ont toujours besoin d’une mise à jour constante.

Cependant, la blacklist présente des failles dans certaines situations. Sans mise au point, il sera obsolète. En effet, les hackers créent continuellement de nouveaux virus, et de techniques de piratage pour extorquer les informations. De plus, la liste de blocage est inefficace contre les vulnérabilités Zero Day. Dans ces cas précis, l’allowlist est la solution de référence.

L’utilisation de ces systèmes de sécurité dépend alors des données à protéger. L’expérience de l’administrateur informatique entre aussi en jeu dans ces approches.

Pourquoi utiliser une allowlist ?

Actuellement, la sécurisation des informations est un incontournable pour tous les appareils connectés. Et les entreprises, ainsi que les PME sont les premiers concernés par ce concept. En effet, les informations sur les serveurs sont très sensibles, et peuvent se vendre à prix d’or sur le Dark web. Un seul moment d’inattention, comme l’ouverture d’un mail phising peut avoir des conséquences irréversibles. Une allowlist permet alors de surveiller l’accès aux serveurs. Ici, l’administrateur peut exploiter la liste blanche des adresses IP et des mails.

L’allowlist est aussi capable de protéger les équipements informatiques publics. C’est le cas de la liste blanche des logiciels et des applications. Si une personne tente d’installer un fichier exécutable malveillant sur un ordinateur public, l’allowlist le bloque directement.

Par ailleurs, elle peut compenser les failles du blacklist. Mais cette association n’est pas très exploitée actuellement.

Les différents types d’allowlist

L’allowlist prend en charge la majorité des activités sur les réseaux et sur internet. Cependant, chaque système possède des fonctionnalités spécifiques. Il est essentiel de les connaître, même si vous n’êtes pas un professionnel de la cybersécurité.

Allowlist e-mails

Les courriels sont les points de départ d’une attaque phishing. Les internautes peu attentifs peuvent cliquer sur un lien malveillant. De là, les hackers peuvent s’introduire dans les serveurs, et les extraire les données.

L’administrateur informatique exploite l’allowlist e-mails afin de trier les accès aux serveurs. Les filtres antispam se basent alors sur cette liste pour bloquer certaines activités. Et ce système de protection ne s’arrête pas aux réseaux internes. En effet, le responsable peut aussi l’utiliser pour sauvegarder les informations des fournisseurs et des autres services. Dans ce cas, on l’appelle allowlist externe.

Cependant, l’allowlist e-mails présente un inconvénient. En effet, les nouveaux contacts, qui ne sont pas encore sur la liste, auront du mal à vous joindre.

Allowlist des logiciels et des applications

Les fichiers exécutables, tels que les logiciels et les applications peuvent être protégés par une allowlist. De plus, les particuliers peuvent l’utiliser sur leur propre système d’exploitation.

Cette dispositif est alors un incontournable pour protéger les données sensibles. Elle peut empêcher les applications de se lancer sur votre ordinateur ou votre smartphone. En effet, les hackers peuvent contrôler votre appareil à distance, avec une attaque ransomware. Le système se focalise sur l’analyse des codes et des fichiers malveillants. Toutefois, il faut être attentif aux fichiers exécutables dans l’allowlist. Ceux qui ne sont pas inclus courent toujours le risque d’être attaqués par les hackers.

Cependant, certains ordinateurs possèdent déjà un pare-feu efficace pour détecter les menaces. Dans ce cas, l’allowlist n’est qu’une protection supplémentaire.

Comment gérer une liste blanche pour application ?

Cette allowlist est un des plus utilisés par les particuliers. En effet, il pourra filtrer les applications sur un système d’exploitation. De plus, l’établissement de la liste est assez simple.

Tout commence par la définition des applis. Débutez par l’identification les programmes dont vous aurez besoin. Montez ensuite votre liste blanche.

Cependant, vous devez mettre à jour votre système d’allowlist. Votre logiciel doit avoir des données récentes concernant la cryptographie, les scripts, et les codes malveillants.

Par ailleurs, il ne faut pas négliger les autres mesures de sécurité. L’idéal est de les joindre avec différents outils. Dans la majorité des cas, les spécialistes utilisent un allowlist, une liste de blocage, le tout combiné à un antivirus puissant.

Concernant les adresses IP

Les administrateurs de site, ainsi que les grandes entreprises exploitent l’allowlist comme première barrière de sécurité. Ici, une liste blanche des adresses IP autorisées sera la base. Les autres seront directement bloqués, et ne pourront pas accéder aux sites.

Cependant, ce type d’allowlist a une autre utilisation. En effet, il permet aussi de surveiller l’accès vers un serveur privé, ou une application d’entreprise. L’administrateur va alors créer une nouvelle allowlist avec les adresses IP approuvées. Dans la majorité des cas, cette liste particulière contient les IP des employés. Mais pour que le système de protection fonctionne, les adresses IP ne doivent pas changer au fil du temps. Les VPN ne sont donc pas les bienvenus dans la liste blanche.

Liste blanche des publicités

Cette technique est une des plus récentes. Ici, l’allowlist permet de filtrer les publicités qui apparaîtront sur le site en question. Certains administrateurs l’exploitent pour harmoniser les contenus de la page web avec les pubs.

allowlist

Établir une allowlist : les recommandations

Tout dépend de la taille, du système à protéger, ainsi que de l’entreprise en question. Pour les multinationales, un logiciel spécialisé en création d’allowlist sera de mise

Effectivement, ce genre d’outil peut créer une liste blanche précise, en tenant compte du réseau et des applications que vous utilisez. Les logiciels les plus performants peuvent même prendre en charge les adresses IP, et les sites web. Il est aussi possible d’avoir des notifications sur les mises à jour à venir. Cependant, vous pourrez toujours établir manuellement votre allowlist. Cette alternative nécessite une approche un peu plus sophistiquée.

Par ailleurs, l’administrateur doit se focaliser davantage sur les premières étapes de la constitution de l’allowlist. Effectivement, une seule erreur pourrait provoquer une faille dans le système de sécurité. Dans le cas d’une liste blanche pour logiciel, si un programme vital n’est pas inclus, toutes les activités de l’entreprise pourraient être bloquées.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *