Accueil > Analytics > Data Analytics > Anne Frank : les enquêteurs utilisent le Big Data pour savoir qui l’a dénoncée
anne frank big data

Anne Frank : les enquêteurs utilisent le Big Data pour savoir qui l’a dénoncée

Le 4 août 1944, Anne Frank était arrêtée par les Nazis. Depuis, personne n’est jamais parvenu à déterminer qui a dénoncé l’adolescente aux Nazis. Aujourd’hui, un agent du FBI à la retraite compte résoudre ce mystère à l’aide d’une équipe de choc et du Big Data. 

Il faisait beau et chaud. C’était le mois d’août 1944. Un matin, une équipe d’officiers SS fit irruption dans l’annexe secrète d’un entrepôt d’Amsterdam pour arrêter Anne Frank, ses parents, sa sœur et quatre autres juifs qui s’y cachaient. De nombreux experts sont persuadés que quelqu’un a révélé aux Nazi l’existence de cette cachette, mais on ignore encore aujourd’hui qui est à l’origine de cette hypothétique délation. Pour cause, alors que les Nazis gardaient des documents détaillés sur toutes les arrestations et les informateurs, il semblerait que ceux concernant l’arrestation d’Anne Frank et de ses proches aient été détruits pendant un bombardement.

Les choses pourraient toutefois changer très prochainement. Vince Pankoke, un agent du FBI à la retraite, vient de monter une équipe pour tenter de résoudre ce mystère. Après avoir traqué les trafiquants de drogue colombiens pendant plusieurs années, Pankoke compte à présent se concentrer sur cette affaire non résolue et a rassemblé plusieurs experts tels que des historiens, des profilers et des détectives afin de de découvrir la sinistre vérité.

Anne Frank : le Big Data pour analyser tous les documents liés à l’affaire

Par ailleurs, cette équipe utilisera pour la première fois les technologies du Big Data pour analyser les nombreux documents liés à cette affaire. Des listes d’informateurs Nazis, des listes de juifs livrés aux autorités, les noms des agents de la Gestapo qui travaillaient à Amsterdam, et des rapports policiers seront passés au crible pour tenter de remonter la piste du délateur d’Anne Frank. Pour écumer ces documents, l’équipe a fait appel à Xomnia, une entreprise du Big Data basée à Amsterdam. La firme développe des algorithmes qui permettront éventuellement d’établir des connexions qui n’avaient jamais été faites par le passé. Une fois de plus, le Big Data pourrait donc aider la justice. Les progrès de l’enquête seront rapportés sous la forme de podcasts, et peut-être compilés dans un documentaire.

Rappelons qu’Anne Frank est connue pour avoir involontairement retranscrit la montée du nazisme à travers son journal publié à titre posthume. Arrêtée à l’âge de 15 ans, la jeune femme, sa sœur Margot et sa mère Edith ont perdu la vue dans un camp de concentration Nazi. Son père, Otto Frank, qui survécut, a passé le reste de sa vie à tenter de découvrir qui avait trahi sa famille. Ses soupçons convergent vers un employé de l’entrepôt, Willem var Maaren, qui était inquiet à l’idée que des juifs se cachent sur son lieu de travail. Toutefois, après deux enquêtes sur van Maaren, la police hollandaise n’est jamais parvenue à trouver de preuve qu’il s’agissait bien du traître.

Anne Frank : les conclusions de l’enquête seront dévoilées le 4 août 2019

Au fil des années, plus de trente personnes différentes ont été suspectées. Récemment, une nouvelle hypothèse a été émise par le musée de la Maison d’Anne Frank à Amsterdam. Selon les responsables de l’établissement, il est possible que les officiers Nazi soient venus enquêter sur une affaire de travail illégal dans l’entrepôt et aient accidentellement découvert les juifs cachés dans l’annexe. La théorie de la délation n’est pas à exclure pour autant. Le musée a fourni toutes ses archives à Pankoke et son équipe, et est prêt à contribuer à l’enquête autant que possible.

De toute évidence, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, mais Pankoke affirme que son équipe a déjà trouvé des informations intéressantes. Par exemple, l’identité d’une personne qui a dénoncé au moins une autre famille aux Nazi a été découverte. Les spécialistes espèrent être en mesure de dévoiler les résultats de l’enquête le 4 août 2019, dans le cadre du 75ème anniversaire de l’arrestation d’Anne Frank.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend