data center sous marin laser

Aqua-Fi : une connexion sans fil au laser pour les Data Centers sous-marins

L’Aqua-Fi est un système de connexion sans fil basé sur le laser créé par des chercheurs de l’université KAUST. Ce système est conçu pour les Data Centers situés sous l’eau…

Les Data Centers sous-marins apparaissent comme l’une des meilleures solutions pour le refroidissement des serveurs. Cependant, créer une connexion sans fil à haute vitesse dans l’eau pour garder ces centres de données connectées à l’infrastructure réseau en surface représente un véritable défi.

Afin de remédier à ce problème, une équipe de chercheurs de la King Abdullah University of Science and Technology (KAUST) a créé une connexion sans fil sous-marine allant dans les deux sens. Cette connexion intitulée  » Aqua-Fi  » est conçue pour être compatible avec le standard sans fil 802.11 déjà existant. Ceci permettra de connecter facilement le système à l’internet mondial.

Pour y parvenir, les chercheurs ont utilisé des composants simples et accessibles. Un Raspberry Pi fait office de modem, et permet de convertir le signal sans fil standard en un signal pouvant être transmis de manière optique par le biais du laser.

Le signal passe dans l’air pour rejoindre une bouée placée à la surface de l’océan. C’est à cet endroit que le Pi effectue la conversion et transmet les informations via des lasers verts et bleus.

Ces lasers sont renvoyés vers un récepteur optique situé sous l’eau. La vitesse de transfert maximale s’élève à 2,11 Mbps sur une distance de 20 mètres.

Aqua-Fi : un Raspberry Pi brûlé par des lasers trop puissants

data center laser

En testant leur système, les chercheurs sont parvenus à effectuer des appels Skype et à transférer des fichiers dans les deux sens. Cependant, en cherchant à tester les limites du système, ils ont brûlé le Raspberry Pi avec des lasers trop puissants.

Pour éviter ce désagrément, il serait nécessaire de remplacer le Pi par un modem optique dédié. Cependant, reste le problème de la variation optique pouvant survenir à cause des courants et autres mouvements de l’eau.

Plusieurs solutions sont envisagées pour contourner cette difficulté. Il serait possible d’utiliser un second laser à faible puissance pour diriger le plus puissant et ajuster l’orientation en cas d’échec de la connexion.

Une alternative serait de remplacer le récepteur par plusieurs récepteurs, en s’inspirant des rangs d’antennes MIMO sur lesquels reposent les équipements de networking modernes. Quoi qu’il en soit, en dépit de ces faiblesses, ce système prometteur pourrait stimuler la multiplication des Data Centers sous-marins. Une bonne nouvelle pour l’environnement !