Les deux co-fondateurs de l'association à but non lucratif BeyondLab présentent le projet

BeyondLab, le lanceur d’innovations

Jeudi dernier à Aix-en-Provence, avait lieu la soirée de l’association BeyondLab sur la thématique du Big Data, durant laquelle trois innovateurs ont présenté leurs projets devant des entrepreneurs.

Mettre en relation le temps d’une soirée, des chercheurs avec des idées et des entrepreneurs économiquement capable de les concrétiser, c’est ça BeyondLab.

En même temps qu’un évènement organisé par cette même association à Grenoble, focalisée sur les objets connectés, trois projets en lien aux données numériques étaient présentés lors d’une soirée à la cité du livre d’Aix-en-Provence sur la thématique du Big Data.

Parmi eux, le projet SmartCycle, une application de recyclage participatif qui permet de géolocaliser des objets abandonnés dans les rues, favorisant la transmission d’informations et la mise en relation de particuliers afin de revaloriser des rebuts urbains.

Comme les deux autres innovateurs présents ce soir la, Daniel Vanetti disposait de 3 minutes pour expliquer son concept, ses problématiques et exprimer ses attentes. Après quoi des discussions en groupe sont organisées. Parmi eux, des membres de l’association sont présents pour « vulgariser » les concepts abordés, pour aider à la compréhension et favoriser l’échange entre les participants.

Soirée BeyondLab

Au-delà de permettre d’identifier le potentiel d’une idée ou d’une technologie, pour Santana Tach, responsable de l’équipe BeyondLab Aix-Marseille, « l’accent est mis sur la mise en relation d’acteurs de l’innovation ».

Du côté des chercheurs, l’intérêt est avant tout de confronter leurs idées aux avis extérieurs, créer un réseau ou une équipe et trouver des réponses aux problèmes rencontrés dans l’émergence de leurs starts-up.

Enfin, Xavier Blot, président et co-fondateur, précise qu’il s’agit pour les entrepreneurs, « qui cherchent des idées, de faire le reste du chemin pour développer » ces projets.

L’association à but non lucratif, créée depuis un peu plus d’un an peu se targuer d’avoir présenté lors d’une de ses soirées, le projet Glowee. Cette start-up française lancée en 2013 a pour objectif hallucinant de remplacer l’électricité des vitrines et du mobilier urbain par l’éclairage naturel de micro-organismes marins. Après avoir gagné de nombreux pris tel que l’Elevator World Tour de Paris ou encore le concours Artscience, elle est l’une des start-up les plus en vue du moment et séduit les médias comme les entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest