chine données mobiles

La Chine s’attaque enfin au problème de la collecte illégale de données

Régulièrement pointée du doigt pour ses pratiques irréfrénées de collecte de données, la Chine souhaite redorer son image en adoptant une loi similaire au RGPD. Cette semaine, le régulateur national dévoile quelles données les applications mobiles seront autorisé à collecter…

Aux antipodes de l’Europe et de son RGPD, la Chine est connue pour collecter et exploiter sans scrupules les données personnelles des internautes. Les développeurs d’applications mobiles ne se privent pas de capturer toutes sortes d’informations afin d’alimenter de vastes bases de données.

Ces données peuvent être utilisées de manière illégale pour voler de l’argent aux victimes. Pire encore, la collecte peut s’étendre aux informations biologiques telles que les caractéristiques faciales et le code génétique des individus.

Toutefois, en octobre 2020, la Chine a surpris le monde avec une proposition de loi sur la protection des données. Cette semaine, dans le cadre de cette initiative, le  » watchdog  » national de la cybersécurité cherche à distinguer la collecte de données  » nécessaires «  de la capture abusive pour les différentes catégories d’applications mobiles.

La Chine dévoile les données  » nécessaires  » pour les différentes catégories d’applications mobiles

Selon le projet de loi, les données  » nécessaires  » sont celles permettant le  » fonctionnement normal des fonctions de base des applications  » qui devront obligatoirement autoriser l’accès aux utilisateurs une fois les permissions accordées. Plusieurs exemples ont été fournis pour différents types d’applis.

Pour les applications de navigation, il est par exemple nécessaire d’accéder aux données de géolocalisation. Ces informations sont aussi indispensables pour les services de taxis, au même titre que l’identité réelle de l’utilisateur.

Les messageries quant à elles doivent accéder à l’identité de l’usager et à sa liste de contacts. Les applications de paiement, de leur côté, ont besoin de l’identité et des informations bancaires.

C’est également le cas des plateformes de shopping en ligne, qui ont aussi besoin du nom et de l’adresse de l’internaute. Les jeux vidéo requièrent l’identité réelle de l’utilisateur, tout comme les applis de dating qui doivent aussi consulter l’âge, le sexe et le statut marital.

En bref, il ne sera toujours pas possible pour les citoyens chinois d’utiliser les applications pour smartphones de manière anonyme. Toutefois, le prochain jeu mobile chinois que vous téléchargerez ne vous demandera peut-être plus l’accès à votre liste de contacts et à votre position géographique…

Toujours selon ce projet de loi, certaines catégories d’applications devront rester accessibles même si l’utilisateur ne partage aucune donnée. C’est le cas des applis de streaming vidéo ou musical, d’actualité, des navigateurs web, des app stores ou encore des logiciels de retouche photo.

On ignore néanmoins pour le moment comment la Chine compte faire respecter cette loi, et de quelle manière ceux qui l’outrepassent seront punis…

Pin It on Pinterest