Accueil > Sécurité > Compteurs Linky : la collecte de données soulève des réticences
compteurs linky données

Compteurs Linky : la collecte de données soulève des réticences

Les compteurs Linky créent la polémique. Certains élus locaux et sociétaires s’inquiètent notamment des risques pour la confidentialité des citoyens liés à la collecte de données générées par ces appareils. Cependant, l’Ademe estime que les avantages apportés par ces données dépassent de loin les inconvénients.

Dans le cadre d’une conférence organisée à Paris le 28 septembre, Enedis, EDF, Direct Energie, Joul& Cie/ekWateur, OHM Energi, Erecoop et l’Ademe se sont réunis pour débattre au sujet des compteurs connectés Linky et de leur installation dans les foyers français.

Selon le directeur du programme Linky, Hervé Champenois, 13,7 millions de compteurs ont été installés depuis 2015 sur les 35 millions prévus d’ici fin 2021. Certaines villes comme Brest, Dijon, Lorient, Lyon ou Reims sont déjà entièrement équipées. Le rythme de pose a atteint 30000 compteurs par jour.

Comme l’explique le président de l’Ademe, toutefois,  » des craintes naissent « . L’un des motifs de réticence est la question des données collectées par les compteurs. Certes, la relève automatisée permet de faire diminuer les réclamations sur la facture, mais certains sociétaires considèrent la collecte de données comme une menace pour la confidentialité des citoyens français.

Certains élus locaux prennent des arrêtés anti-Linky, comme à Blagnac en Haute-Garonne, afin d’instaurer un droit au refus de pose des compteurs. Cependant, ces arrêtés ont été retoqués par les tribunaux administratifs, car le remplacement des compteurs  » est une obligation légale  » selon Philippe Monloubou, président du directoire d’Enedis.

Compteurs Linky : l’Ademe dévoile quelles sont les données collectées, qui y a accès, et ce qu’elles apportent

En parallèle, l’Ademe vient de publier un avis sur Linky détaillant le type de données relevées, et qui y a accès. Le document dévoile également l’intérêt pour les collectivités, bailleurs et copropriétés d’accéder à ces données agrégées de manière anonyme.

Le principal bénéfice de ces données est d’offrir une vision globale de tout ou partie d’un parc de bâtiment, afin d’analyser l’évolution des consommations des bâtiments. Ceci permet  notamment de prioriser et de suivre les travaux de rénovation, et de développer des actions d’accompagnement spécifiques aux ménages en précarité énergétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend